France : l’Afrique brille aux Trophées de la réussite au féminin

L’Afrique a largement été recompensée, jeudi, à Paris, lors de la remise des Trophées de la réussite au féminin qui se déroulait au Sénat. Cinq femmes du continent se sont vues remettre une distinction lors de cet événement organisé par l’association féminine France Euro Méditerranée.

Le salon Boffrand du Sénat français était comble, jeudi, pour la remise des Trophées de la réussite au féminin. Cet événement a été organisé par l’association de femmes France Euro Méditerranée pour récompenser les meilleurs talents féminins. L’Afrique a largement été honorée.

Le Maghreb a glané trois statuettes. La Marocaine Nadia Benjelloun-Ollivier, notamment philosophe, journaliste et écrivain, se bat à sa manière pour porter sur le devant de la scène des valeurs qui lui sont chères, comme l’égalité, la justice ou la paix. La Tunisienne Leïla Menchari, diplômée de l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Tunis et de l’Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris, a réussi à imposer son goût de l’art décoratif décalé chez Hermès, où elle était chef de ce secteur. Quant à la jeune Algérienne Zahia Ziouani, elle est chef d’orchestre, directrice de musicale de l’Orchestre symphonique Divertimiento depuis 1996 et en 2007 elle dirigera l’Orchestre national symphonique d’Alger.

Côté Afrique noire, Nadine Diatta, d’origine sénégalaise, a été retenue pour la création d’une agence de communication destinée à montrer de l’Afrique un autre visage que celui de la maladie, de la guerre et de la pauvreté. Amely-James Koh Bela a pour sa part reçu un trophée pour son engagement dans la lutte contre la prostitution issue de la traite des êtres humains. Elle a pour l’occasion annoncé le lancement, en janvier, d’une campagne internationale contre l’immigration clandestine, basée sur le développement des compétences africaines. Une initiative qui entre dans le cadre du programme « Les Fils Prodigues » de son association Label’VIE.

A noter que la consultante et chercheuse haïtienne Josette Bruffaerts-Thomas, qui a reçu en 2000 le prix de la femme noire chef d’entreprise de la Fédération européenne des femmes noires, a également été distinguée pour ses divers travaux sur les relations interculturelles.