France : 1 mort dans un attentat en Isère, Hollande confirme un acte terroriste

Une personne a été tuée et plusieurs autres blessées dans un attentat terroriste, ce vendredi, en Isère, près de Lyon. Un homme soupçonné d’être l’auteur de l’attaque a été arrêté. Une enquête a été ouverte.

Quelques mois après la tuerie de Charlie Hebdo, nouveau drame en France. Une personne a été tuée, ce vendredi 26 juin 2015 au matin, dans une attaque terroriste commise contre une usine à gaz, dans le nord de l’Isère, près de Lyon. Le corps de la victime a été retrouvée décapitée près de l’usine Air Product. Sa tête a été accrochée sur un grillage dans une mise en scène macabre. Plusieurs personnes ont également été blessées.

Un des auteurs de l’attentat serait entré dans l’usine Air Product, un drapeau islamiste à la main, et y a fait sauter plusieurs bonbonnes de gaz. D’après le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, l’auteur du drame aurait revendiqué son appartenance à l’État islamique. Un drapeau avec des inscriptions en arabe a été retrouvé sur place.

Selon le Président François Hollande, qui participait à un sommet à Bruxelles, « cet attentat, c’est un véhicule conduit par une personne, peut-être accompagnée d’une autre, et qui se projette sur cet établissement contenant des bouteilles de gaz ». Il confirme que « l’intention ne fait pas de doute : c’est de provoquer une explosion. L’attaque est de nature terroriste ». François Hollande ajoute également que « dans ces moments, il faut avoir une expression de solidarité à l’égard de la victime. Cette solidarité, elle m’a été également adressée au Conseil européen de ce matin », soulignant qu’il y « a une émotion, mais l’émotion ne peut pas être la seule réponse : c’est l’action, la prévention, la dissuasion ».

Le président de la République française a également insisté sur la nécessité de « ne pas céder à la peur et d’être à la hauteur de toutes les circonstances, de ne pas créer des divisions inutiles ». Il s’agit, selon ses mots, de « faire le travail que les Français attendent de nous : les protéger et éradiquer ces groupes qui nous menacent ». Il

Le chef de l’Etat français sera de retour de Bruxelles dans l’après-midi. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve est déjà sur les lieux du drame. Les gendarmes de la Section de recherches de Lyon et de la Brigade de recherches de Bourgoin Jailleu sont sur place. Une quarantaine d’employés du site ont été évacués. Un des deux blessés recensés pourrait être le conducteur de la voiture folle qui a percuté les bonbonnes de gaz. Affaire à suivre.