« Français d’origine contrôlée » : Azouz Begag accuse Hortefeux de racisme !

C’est ce soir que l’émission Infrarouge, consacré à ces Français « fils et filles d’étrangers », sera diffusée sur la chaîne France 2. Dans ce documentaire, Azouz Begag, ex-ministre sous Chirac, accuse Brice Hortefeux de racisme.

De nouvelles accusations de racisme à l’encontre de Brice Hortefeux seront dévoilées au grand public, ce mardi soir, dans l’émission « Infrarouge », sur France2. Dans ce documentaire, « Français d’origine contrôlée », Jean-Thomas Ceccaldi et Mustapha Kessous donnent la parole à des citoyens qui ont « encore aujourd’hui le sentiment d’être des « fils et filles de » avant d’être simplement des Français à part entière ».

Azouz Begag, ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances dans le gouvernement Dominique de Villepin, accuse ouvertement Brice Hortefeux, à l’époque ministre délégué aux Collectivités territoriales, de racisme. Face caméra, Begag avoue avoir été provoqué à plusieurs reprises par Hortefeux, en plein Conseil des ministres : « A tous les Conseils des ministres, le mercredi matin, à côté de moi, en face, à droite, Hortefeux me faisait comme ça (il mime un signe d’égorgement). Pour rire, bien sûr. Au conseil des ministres ! Avec le président de la République. Avec Dominique de Villepin. Voilà le geste qu’on voit au Conseil des ministres, au palais de l’Elysée, en 2007, en France. Parce que je suis un bougnoule dans leur tête ! Parce qu’eux ils sont dans le djebel, en train de lâcher des parachutistes. On va les égorger ! ».


"Infrarouge" sur France 2 avec Azouz Begag par puremedias

Azouz Begag, qui fait référence à la guerre d’Algérie, a déjà évoqué les provocations racistes de Brice Hortefeux à son égard dans son livre, Un mouton dans la baignoire, sorti en 2007.

En 2009, alors qu’une équipe de la télévision Public Sénat suivait Brice Hortefeux à l’université de l’UMP, ce dernier s’était permis de lancer ces quelques mots racistes à un militant d’origine maghrébine : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes ». Le MRAP avait alors déposé plainte pour diffamation à caractère raciste. Condamné une première fois par le tribunal correctionnel de Paris à 750 euros d’amende et 2 000 euros de dommages et intérêts, Brice Hortefeux avait finalement été relaxé le 15 septembre 2011 par la Cour d’appel. L’infraction avait en effet été requalifiée en contravention d’injures non publiques, ce qui avait provoqué l’ire de la communauté maghrébine de France.

Les révélations chocs d’Azouz Begag sur Hortefeux, c’est ce mardi soir à 23h05 dans le documentaire « Français d’origine contrôlée » (épisode 1), sur France 2.