FIA 2003 : Penser la société de l’information en Afrique

La sixième édition de la Fête de l’Internet en Afrique (Fia) démarre ce vendredi 14 mars et s’achèvera le 23 mars prochain. L’évènement est marqué, cette année, par une réflexion sur la société de l’information à travers une enquête auprès des internautes africains. Edgard Cyr K. Tougouma, président de la FIA 2003, nous dit tout sur l’évènement.

Afrik.com : Quelle est la particularité de cette sixième édition de la Fête de l’Internet en Afrique ?

Edgard Cyr K. Tougouma : Cette année, en prévision du sommet mondial sur la société de l’information qui se tiendra en décembre 2003 à Genève, nous avons lancé une enquête  » Les africains et la société de l’information « , pour demander aux internautes africains ce qu’ils pensent et ce qui entendent par société de l’information. Un formulaire est disponible en ligne mais des animateurs se chargeront également de mener cette enquête sur le terrain. L’Afrique doit donner son opinion sur cette révolution. Par conséquent, il est important que les Africains préparent sérieusement cette rencontre de Genève. Au delà de la vulgarisation de l’usage de l’Internet et de l’aspect festif, nous souhaitons donner une dimension plus intellectuelle à la manifestation. Aussi des conférences, animées par des sociologues et des économistes, sont organisées dans le cadre de l’évènement. La fête de l’Internet se tiendra en mars pour certains pays et en avril pour d’autres.

Afrik.com : Quel bilan faites-vous à la veille de cette nouvelle édition de la FIA ?

Edgard Cyr K. Tougouma : Notre association a été créée officiellement en 1999, au moment de la deuxième édition de la FIA. Notre objectif est de fédérer les initiatives locales de ceux qui sont prêts à se battre pour le développement des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en Afrique. Les Africains sont matures dans l’utilisation des NTIC. Seulement plus qu’un outil, les NTIC sont un fait social dont il est important d’analyser l’impact à tous les niveaux de la société.

Afrik.com : Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent aujourd’hui dans l’utilisation de l’Internet en Afrique ?

Edgard Cyr K. Tougouma : En dehors de la messagerie et des téléchargements, on utilise Internet à des fins professionnelles mais aussi comme un outil éducatif. Les étudiants l’utilisent beaucoup pour effectuer leurs recherches. Il y a même des professeurs qui demandent à leur élèves de travailler sur un sujet à partir d’Internet. Des usages dévoyés existent aussi comme partout : la visite des sites pornographiques et autres. Mais il s’agit surtout d’éduquer les gens afin qu’ils en fassent un usage plus productif.

Afrik.com : Votre ambition ?

Edgard Cyr K. Tougouma : Notre ambition est de prendre en compte les zones rurales dans les activités de la FIA. En plus de la fracture Nord/Sud, il ne faudrait pas que l’on crée une fracture Villes/Campagnes. Au Gabon, par exemple, des villes de l’intérieur, autres que Libreville participeront à l’évènement. Au sein de l’association, nous souhaitons également organiser une réflexion, mettre en place un comité africain qui travaille en permanence et qui assure aussi un suivi sur les questions relatives aux NTIC.

Afrik.com : Le mot de la fin ?

Edgard Cyr K. Tougouma : Je souhaite que l’Afrique s’exprime sérieusement sur les enjeux de la société de l’information. Bonne Fête à tous !