Feu sur Kabila

Le président Kabila a été tué, ont annoncé diverses chancelleries. A Kinshasa on affirme que le président du Congo serait grièvement blessé. Les services secrets ougandais signalent que le président de la RDC, Laurent-Désiré Kabila, a été tué par des  » rebelles « , sans autre précision.

La mort du président congolais, Laurent désiré Kabila, tué par son garde du corps, a été annoncée, hier soir, par le ministre des Affaires étrangères belge. Une info que les services secrets ougandais ont déclaré avant tout le monde, accréditant la thèse d’un complot organisé par Kampala. Selon d’autres sources d’information, Laurent-Désiré Kabila serait encore vivant mais grièvement blessé. Le gouvernement congolais a instauré un couvre-feu sur tout le territoire congolais. Les frontières terrestres et aériennes ont été fermées sur décision du chef des armées, le colonel Eddy Kapend.

Rwanda, Ouganda : instigateurs de l’assassinat

Qui ? Plusieurs sources concordantes soutiennent l’hypothèse d’un assassinat commandité par les services secrets ougandais et rwandais. Hypothèse plausible. En guerre depuis deux ans et demi contre leur ancien protégé Kigali et Kampala n’ont jamais digéré que Laurent-Désiré Kabila s’émancipe de leur tutelle. L’armée de Kigali a soutenu Kabila contre Mobutu, lors de sa prise de pouvoir en 1997. Mais les services ougandais auraient difficilement pu mener cette opération dans l’entourage immédiat de Kabila sans exploiter les dissensions dans les rangs de l’armée gouvernementale.

Selon nos dernières informations, le président Kabila serait gardé en un lieu secret. La résidence de Kabila, où les tirs ont eu lieu, a été bouclée par l’armée congolaise.

Le ministère de l’Intérieur du RDC fait le black-out total sur la santé de Laurent-Désiré Kabila. Il se satisfait de signaler que Kinshasa est calme. Une information qui fait plus penser à une révolution de palais qu’à un coup d’Etat en bonne et due forme.