Femen Tunisie : Amina Tyler comparaît devant les juges pour de nouvelles accusations

La première Femen tunisienne Amina Tyler comparait à nouveau ce lundi devant les juges suite à de nouvelles accusations à son encontre : outrage à un fonctionnaire public et diffamation.

Amina Tyler, la première Femen Tunisie, comparait de nouveau face aux juges, ce lundi, pour outrage à un fonctionnaire public et diffamation. A l’origine de cette nouvelle inculpation, des révélations de cas de tortures en prison que la jeune Femen a confiées à ses avocats lors de sa dernière audience avec eux.

Accusations mensongères ?

Cette nouvelle accusation émane du directeur de la prison de Sousse, où est incarcéré Amina. Ce dernier a porté plainte contre elle, affirmant qu’elle serait intervenue dans une altercation avec un autre détenu et l’aurait insulté. Selon son comité de soutien, qui dénonce un acharnement contre Amina, cette nouvelle accusation ne serait qu’une histoire inventée de toute pièce dans le but de la faire taire et ainsi la garder en prison. C’est du moins ce que pense son père, Mounir Sboui. Pour ces avocats, Amina aurait seulement pris la défense d’une autre prisonnière lors d’une altercation avec des gardiens. La jeune femme nie avoir proféré des insultes.

Cas de torture

Quelque soit l’issu de ce jugement, Amina ne sera pas libre pour autant car elle est toujours incarcérée pour profanation de sépulture après avoir inscrit le mot Femen sur le mur du cimetière de Kairouan, lors d’une manifestation de salafistes, un délit passible de deux ans d’emprisonnement.

Amina avait fait parler d’elle en mars 2012, en postant sur le réseau social Facebook, des photos d’elle seins nus. Elle avait par ailleurs inscrit sur son corps : « Mon corps m’appartient, et n’est source d’honneur pour personne ». Une affaire qui avait choqué la Tunisie. La jeune femme a d’ailleurs reçu plusieurs menaces de mort.