Fela côté scène et côté cour

Jusqu’au 10 mars prochain, la Fnac Italie (France) accueille  » For Ever Life Afrika « . Une exposition collective de photographies magnifiques et touchantes pour voir Fela, roi de l’afrobeat, comme vous ne l’avez jamais vu.

Fela : celui dont émane la grandeur. Anikulapo : celui qui porte la mort dans son carquois. Kuti : celui dont la mort ne peut être causée par la main de l’homme. Pour ressusciter le roi de l’afrobeat nigérian décédé en 1997 et à l’occasion de la sortie de son intégrale, la Fnac Italie propose jusqu’au 10 mars prochain un coup de projecteur unique sur la vie du musicien.

 » For Ever Life Afrika  » rassemble une série de photographies magnifiques. Fela, côté cour et côté scène. Fela, roi demi-nu et inspiré d’une foule d’adeptes, de femmes, de fans. Fela, égaré dans les vapeurs herbeuses de son club, le Shrine. Fela devant l’autel du même club,  » rendant hommage aux divinités yorubas, à sa mère et au leader noir Nkrumah  » dit la légende photographique.

Quant à la légende mystique, elle dit de Fela qu’il vivait entouré des plus belles femmes du monde. C’est vrai. Les photos de ses  » Queens « , tour à tour chanteuses, danseuses et maîtresses, sont extraordinaires. Un pantalon en lamé or, une boucle d’oreille en argent, une robe trop blanche donnent de l’éclat aux nuits sans lune de Lagos. Maquillage tribal et beauté sauvage. Un cliché est particulièrement marquant. On le doit au photographe Michel Maïofiss et il pourrait s’intituler  » La femme en rose « . On sent que l’aurore pointe. Il y a cette femme, altière, en chignon, dans une robe rose décolletée, assise devant la loge de Fela. Elle semble absente, complètement vidée. Elle est superbe.

Bastion libertaire

Pour comprendre tout à fait le personnage, il faut faire un crochet par la ville qui l’a vu naître : Lagos, mégalopole des extrêmes, mélange de boue et d’acier trempé, à l’enchevêtrement presque inhumain. Il faut voir la photo de Peter Marlow de cette ville tentaculaire à l’équation étrange : tours ultra-modernes, autoroutes sur pilotis et bidonvilles à fleur de lagune. Il faut aussi entrer dans sa  » maison « , la République de Kalakuta, bastion libertaire autoproclamé.

Le plus étonnant dans cette exposition est sans doute l’incroyable unité qui se dégage de l’ensemble des clichés, pris pourtant par des personnes très différentes. Fela, comme sa musique, avait-il quelque-chose d’universel ? La réponse est dans les images.

For Ever Life Afrika. Exposition collective organisée à l’occasion de la sortie des 15 dernières rééditions de l’intégrale de Fela, et des coffrets de cinq vinyls chez Barclay le 27 février.

Fnac Italie 2, du 1er février au 10 mars 2 001. Fnac Lyon-Bellecour, du 19 mars au 19 mai 2 001.

Les photographes : Abbas (Magnum), Bruno Barbey (Magnum), Philippe Bordas, Thomas Dorn, Michel Maïofiss, Jean-Jacques Mandel, Peter Marlow (Magnum), Bernard Matussière, Thierry Secrétan, Chris Steele-Perkins (Magnum).