Faso 2006 : cinquième victoire d’étape pour la Bretagne

faso-japonais.jpg

Unis derrière leur leader, l’équipe belge appliquent une stratégie d’équipe efficace et ont réussi à contenir la menace du Camerounais Martinien Tega et du Français Julien Gonnet dans la redoutable étape de Koudougou et son final sur piste. La journée est toutefois fructueuse pour la Bretagne qui signe une cinquième victoire grâce à un beau numéro de Stéphane Bonsergent.

Au départ de Boromo, tous les coureurs ont la même angoisse : la portion sur piste entre Sabou et Koudougou, « l’enfer rouge » du Tour du Faso. La plupart d’entre aux ont chaussé pour l’occasion des pneus spécifiques, tous s’accrochent à leurs diverses expériences en cyclo-cross, en VTT ou sur cette même piste les années passées. Mais chacun se sent menacé par la chute ou la crevaison. Mickaël Barboza, conscient de la difficulté de l’échéance, ne change pas pour autant ses habitudes matinales. Le Sénégalais attaque au kilomètre 4, puis se retrouve vite accompagné de six coureurs. Au 25ème kilomètre, le groupe compte 1’05’’ d’avance sur le peloton mais perd Stéphane Cuvier (Fra / Yvelines).

Marocains et Belges chefs d’orchestre

faso-japonais.jpgAvec trois Burkinabés, un Camerounais, un Sénégalais et un Japonais, l’échappée continue de progresser et tient même un écart de deux minutes au kilomètre 60, malgré une allure particulièrement élevée (plus de 44 km/h de moyenne). Mais les Marocains et les Belges, chefs d’orchestre du peloton depuis le début de l’étape, décident de mener la poursuite. L’odeur de la latérite précipite les ambitions. Juste avant l’entrée sur le secteur de piste, les aventuriers du jour n’ont plus que 30’’ d’avance. Pendant ce temps, les Burkinabès, qui courent toujours après leur première victoire d’étape cette année, subissent un nouveau coup dur avec la crevaison de Saïdou Rouamba.

A 20 km de la ligne, Barboza et les autres s’accrochent toujours à une vingtaine de secondes d’avance, mais sont repris deux kilomètres plus loin. Entre glissades, crevaisons, chutes et accélérations brutales du rythme par les Marocains, la partie n’intéresse plus que les costauds. Le peloton ne compte plus qu’une petite trentaine de coureurs, mais le maillot jaune David Verdonck, le maillot vert Julien Gonnet et le maillot rose Abdul Wahab Sawadogo sont toujours candidats.

faso-blanc-poussiere.jpgLa Bretagne se trouve une nouvelle fois en force avec trois représentants et dépêche l’un d’eux à l’avant pour durcir le rythme, provoquer une nouvelle sélection et faire craquer les devanciers de Julien Gonnet au général. Stéphane Bonsergent n’envisage pas une percée solitaire durable en s’exposant à 15 km de l’arrivée. Pourtant, il n’y a toujours pas de réelle réaction et à 10 km de la ligne, son avance est toujours de 10’’, puis 12’’ à 5 km. Le Breton donne toute son énergie pour finir en solitaire. L’opération « classement général » a échoué, mais la Bretagne signe sa cinquième victoire d’étape.

Texte et photo : Amaury Sport Organisation