Etre Français

Il y a quelques semaines, en reportage à Montfermeil, une banlieue sensible de la région parisienne, j’ai interviewé Farida et son fils Reda, étudiant en Histoire. Farida a la quarantaine. Cette mère de quatre enfants a le verbe facile. Je voulais savoir quels pouvaient être les dispositifs nécessaires pour atténuer le malaise des jeunes des quartiers difficiles, notamment pour ceux qui veulent « réussir » socialement.

 « Il faut déjà qu’on nous considère comme des Français à part entière« , lança Farida.

 « C’est-à-dire ?  » lui demandai-je.
Un échange animé s’était ensuite engagé entre la mère et le fils. Il résume la complexité du débat « Qu’est-ce qu’être Français ? » ouvert par Eric Besson, le ministre français de l’Immigration.

 « On est Français. On veut être traité comme tout le monde. Qu’on nous respecte. On a l’impression d’être des citoyens de seconde zone. (Pourtant) je suis Française, mes enfants sont nés ici (mais) ils sont toujours considérés comme des étrangers. Ils sont nés ici, ils sont Français et ils n’iront nulle part. Leur vie est ici. Il faut qu’ils (politiques) le comprennent. Où voulez-vous que mes enfants partent ? », expliquait Farida.

 « C’est vrai », avait acquiescé son fils Reda. « Mes parents viennent du Maroc, mais moi je suis né ici. Tous mes potes sont ici. J’ai fait mes études ici. Je ne connais pas le bled. J’y vais souvent en vacances. Mais c’est tout. Là-bas je suis un étranger. Je sors, je vais en boîte. Je drague les meufs. Je ne vais pas à la Mosquée. Pour les gens au bled, je ne suis pas un bon musulman. Ma vie est ici ».

 « Nos enfants font tout pour être bien vus mais ce n’est jamais assez », avait renchéri Farida.

 « La France ne veut pas de nous, pourtant nos pères ont travaillé pour la France. Ils se sont battus pour elle, mais regardez comment on nous traite ? Les policiers me contrôlent plusieurs fois par jour alors qu’ils me connaissent. Même si je chante la Marseillaise devant l’immeuble, ils vont m’arrêter et me demander mes papiers. Quand je rencontre des Français blancs, ils me demandent toujours d’où je suis. Je dis  » montfermeil « . ça ne leur suffit pas… Ils insistent: « mais de quelle origine? marocaine? tunisienne? algérienne? « , avait déploré Reda.

 « Après ils disent liberté, égalité fraternité. Nous on ne la voit pas l’égalité », s’était emportée Farida.

On peut accuser M. Besson de visées électoralistes, vu le calendrier opportun pour ce débat, lequel coïncide étrangement avec celui des élections régionales en France. Mais on peut également porter au crédit de M. Besson le fait d’engager enfin une discussion sur une problématique qui revient souvent comme une antienne quand on s’entretient avec les jeunes des quartiers défavorisés. Combien de fois ai-je entendu, au détour des reportages que j’ai réalisés dans les banlieues, un Français d’origine africaine (sud et nord du Sahara compris) me jeter: « On n’est que des Arabes et des Noirs. On s’en fout de nous. Pour eux on est que des étrangers, des immigrés » ? Combien de fois m’a-t-on servi le désormais célèbre « La France on l’aime ou on la quitte », comme signe que pour les gouvernants il existe deux catégories de Français: les bons, composés essentiellement de Blancs, et les mauvais -les colorés- parqués dans des ghettos sociaux, et devant bien évidemment prouver régulièrement leur attachement à la patrie ?

Farida et Reda espéraient qu’en tant que Français, ils allaient pleinement vivre le triptyque liberté-égalité-fraternité. Cette devise qui charpente tant l’identité française. Leurs espoirs ne seront pas complètement déçus si on ne définit pas l’identité nationale française à l’aune des ratés et réussites de l’intégration et de la laïcité. Auquel cas, cela reviendrait à réduire celle-ci à un simple contrat social.

L’immigration et le multiculturalisme ne sont pas des menaces pour l’identité. Etre Français ne se résume pas à être Blanc et catholique, Blanc et athée ou Blanc et protestant . C’est aussi, si ce n’est le plus important, adhérer à des valeurs qu’il ne suffit pas d’inscrire dans la pierre au fronton des mairies, valeurs souvent malmenées dans la France d’aujourd’hui, mais qui ont pourtant fait de la France aux yeux du monde, depuis des générations, le pays des droits de l’homme. Faire siennes ces valeurs et les défendre quand elles sont menacées, c’est aussi ça être Français.

 « Lors de mon année de césure en Angleterre, on me demandait d’où j’étais originaire, je répondais toujours Paris, France. Pour tout le monde j’étais le French guy (Français), raconte Reda. Lors des soirées, je devais toujours cuisiner un plat français. Quand on moquait la France et les Français, je me sentais attaqué et je ripostais. J’étais le Français de service. Je me sentais enfin Français », confie Reda.