Ethnik.org, le site de l’e-business équitable

Graphisme agréable, lieu de vente d’objets artisanaux selon les règles du commerce équitable et projet de développement durable… le site d’Ethnik.org a décidément tout pour plaire.

Si vous tombez sur le site Ethnik.org, ce ne sera certainement pas par hasard. C’est que l’Afrique vous intéresse et que vous souhaitez devenir un consommateur citoyen et solidaire. C’est à dire, prendre part à ce que l’on appelle aujourd’hui le commerce équitable, basé sur l’équité des rapports marchands à tous les niveaux de la chaîne : du producteur au consommateur. Si vous n’êtes pas encore convaincu par le concept, Ethnik.org s’en chargera.

Coloré, attrayant et égayé de nombreuses photographies, le site a l’immense avantage d’être clair et bien construit. On surfe agréablement dans la boutique virtuelle qui propose des objets fabriqués artisanalement au Cameroun. Pour la maison, le bureau, raffinées ou plus rustiques, les différentes lignes allient design contemporain et formes traditionnelles.

A l’origine de l’association Ethnik.org, fondée en février 2000, il y a  » un grand concours de circonstances  » raconte en riant Danièle Papet, l’initiatrice du projet. D’abord, la rencontre fructueuse de passionnés : Danièle, 53 ans, décoratrice, amoureuse de Madagascar, Jean Dussetour, 25 ans, diplômé d’une école de commerce, coopérant pendant deux ans au Cameroun et Matthias Papet, 26 ans, diplômé de la même école, qui axe son travail sur l’aspect Internet du projet.

Le cercle vertueux du commerce équitable

Tous sont animés d’une conviction commune : Internet est l’outil idéal pour mettre en place un projet de commerce équitable. Le développement de ce dernier est totalement axé sur le Net.  » C’est un outil innovant qui nous permet de réduire cette fameuse fracture numérique qui existe entre le Nord et le Sud. Il rapproche les gens et nous permet d’établir des liens avec nos clients « , explique Danièle Papet.

Pour l’instant, les clients du site sont jeunes – ils ont moins de 30 ans pour la plupart – et les internautes, réguliers et fidèles. Seule ombre au tableau : les Français sont frileux lorsqu’il s’agit d’acheter sur Internet. Les artisans camerounais attendent avec impatience les prochaines commandes qui tardent à arriver. Quant aux retombées sociales (amélioration du niveau de vie),  » il est encore trop tôt pour les appréhender, mais cela nous tient vraiment à coeur « .

Selon Danièle Papet,  » Le commerce équitable émerge dans le bon sens. Les gens veulent savoir d’où viennent les produits qu’ils achètent. Maintenant, il faut amener les grandes structures à se positionner clairement par rapport à cela. Nous y viendrons : des grands groupes comme Carrefour font déjà régulièrement appel à nous.  » Pour entrer dans le cercle vertueux du commerce équitable, vous savez ce qui vous reste à faire.