Ethiopie : plus de 100 morts dans des affrontements


Lecture 2 min.
Ethiopie 100 morts dans des affrontements
Ethiopie 100 morts dans des affrontements

Les affrontements qui ont éclaté, depuis vendredi, et qui se sont poursuivis jusqu’à mardi dans une zone frontalière entre les États d’Afar et de Somalie, auraient fait plus de 100 personnes tuées, a déclaré un responsable régional.

Plus de 100 civils, dont beaucoup de bergers, ont été tués depuis que les affrontements ont éclaté, vendredi, pour se poursuivre jusqu’à mardi, a indiqué par téléphone Ahmed Humed, le commissaire adjoint de la police pour la région d’Afar, à l’agence de presse Reuters. Il a imputé la violence à une attaque des forces régionales somaliennes. L’effusion de sang dans le territoire revendiqué par les régions somaliennes et Afar met en évidence les problèmes de sécurité auxquels le Premier ministre Abiy Ahmed est confronté et qui s’étendent bien au-delà du conflit en cours, plus au Nord, dans le Tigré.

Un porte-parole de la région somalienne, Ali Bedel, a indiqué que 25 personnes avaient été tuées vendredi et qu’un « nombre indéterminé de civils » avaient trouvé la mort dans une attaque ultérieure des mêmes forces mardi. Pendant ce temps, Ahmed Kaloyte, de la région Afar, a déclaré à l’agence de presse AFP que la police spéciale et les milices somaliennes ont fait une descente dans une zone connue sous le nom de Haruka, « tirant sans discernement sur les habitants et tuant plus de 30 éleveurs civils Afar » et en blessant au moins 50 autres. « La communauté locale a ensuite repoussé les assaillants et pris certains d’entre eux en flagrant délit », rétablissant temporairement l’ordre, a-t-il dit.

Pour rappel, l’Éthiopie est divisée en 10 zones fédérales semi-autonomes, y compris la région Afar, largement découpée selon des critères ethniques. Et les conflits fonciers et politiques entre les États mènent souvent à la violence. En 2014, la frontière entre les deux États a été redessinée par le gouvernement fédéral, alors dirigé par une coalition au pouvoir multiethnique, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF).

Trois petites villes ont été transférées à Afar depuis la Somalie, qui a depuis tenté de les reconquérir. En conséquence, les milices des deux États de l’Est se sont déjà affrontées sur leurs frontières contestées. En octobre de l’année dernière, 27 personnes ont été tuées dans une vague d’affrontements au-dessus de la frontière, chaque partie accusant l’autre.

A lire : Ethiopie : le Nobel de la Paix Abiy Ahmed en… guerre

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter