Éthiopie : 4 humanitaires tués dans les combats au Tigré

Quatre membres du personnel de deux agences d’aide internationales ont été tués, au cours des combats, dans la région troublée du Tigré, au Nord de l’Éthiopie. Le Conseil danois pour les réfugiés (RDC) a signalé la mort de trois agents de sécurité, tandis que le Comité international de secours (IRC) a déclaré qu’un de ses membres du personnel avait été tué.

Selon les estimations, 600 000 personnes au Tigré, dont 96 000 réfugiés de l’Érythrée voisine, dépendaient de l’aide alimentaire avant le début des combats. Lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a ordonné le déploiement des troupes dans le Tigré, le 4 novembre, à la suite d’attaques présumées des forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), les travailleurs humanitaires se sont retrouvés bloqués et vulnérables.

 

Une panne de communication imposée par le gouvernement éthiopien dans sa stratégie de combat, combinée à des restrictions strictes d’accès au Tigré, a rendu difficile pour les agences humanitaires de confirmer la localisation et la sécurité de leur personnel dans la région. La RDC a déclaré qu’elle était « profondément attristée de confirmer la mort de trois collègues », ajoutant que ses « travailleurs sont à la pointe de l’impératif humanitaire de fournir une assistance à ceux qui en ont besoin ».

« Malheureusement, en raison du manque de communication et de l’insécurité persistante dans la région, il n’a pas encore été possible d’atteindre leurs familles », a indiqué un communiqué de la RDC. Dans une déclaration distincte, l’IRC a fait savoir qu’il « regrette d’avoir confirmé le meurtre d’un membre du personnel dans le camp de réfugiés de Hitsats, dans la Comté ».

« La communication avec la région est extrêmement difficile et nous travaillons toujours pour recueillir et confirmer les détails entourant les événements », a déclaré l’IRC. Malgré la déclaration de victoire d’Abiy Ahmed, le 28 novembre, les Nations Unies et les agences humanitaires ont déclaré que les combats se poursuivaient.

Les agences d’aide ont également déclaré que l’accès bloqué, les retards bureaucratiques et la violence contre le personnel entravent les livraisons d’aide dans une région où des centaines de milliers de personnes qui y vivent avaient besoin d’une aide alimentaire avant que la guerre n’éclate. Mais le gouvernement éthiopien a nié, ce vendredi 11 décembre 2020, les allégations, dans une déclaration du bureau du Premier ministre, affirmant qu’une aide avait déjà été envoyée et qu’il n’y avait pas de retards dus aux combats.

« Les informations selon lesquelles l’aide humanitaire est entravée en raison de combats militaires actifs… dans la région du Tigré sont fausses et sapent… le travail de stabilisation de la région », indique le communiqué du bureau du Premier ministre. « Des tirs sporadiques échangés avec les restes de la milice en retraite… ne doivent pas être interprétés, à tort, comme un conflit actif. »