Etats-Unis, Violences policières : la police de Baltimore accablée

Le ministère américain de la Justice juge, dans un rapport, illégales des « pratiques habituelles » de la police de Baltimore.

Dans un rapport rendu public, ce mercredi 10 août 2016, le ministère américain de la Justice juge illégales des « pratiques habituelles » de la police de Baltimore.

Le ministère américain de la Justice désapprouve ainsi un certain comportement de la police de Baltimore. Le texte, résultat d’une enquête ouverte en 2015 après la mort de Freddie Gray, un jeune Noir non armé, décédé des suites de son interpellation, indique que certains « comportements ou pratiques habituelles » de la police de cette ville du Maryland enfreindraient « la Constitution ou la législation fédérale ».

L’enquête avait été lancée après la mort de Freddie Gray, un jeune noir de 25 ans qui avait été placé dans un fourgon de police le 12 avril 2015 pour être emmené au poste. Le jeune homme a subi, dans des circonstances qui n’ont jamais été clairement établies, une fracture des vertèbres cervicales lors du transport. Il a succombé à ses blessures le 19 avril. Le procureur de Baltimore a annoncé fin juillet l’abandon des poursuites contre les six policiers, dont trois Noirs, impliqués dans cet homicide.

Est particulièrement concerné par les accusations du ministère de la Justice, le comportement de la police vis-à-vis de la population noire de la ville. Parmi ces comportements, le ministère cite des « interpellations, fouilles et arrestations anticonstitutionnelles », ou encore « la mise en œuvre de stratégies de maintien de l’ordre qui entraînent des disparités graves et injustifiées dans le taux d’interpellations, de fouilles et d’arrestations de Noirs ».

Dans le rapport qui note également un « usage excessif de la force et des représailles envers les personnes exerçant un mode d’expression protégé par la Constitution », les enquêteurs du ministère font part de leurs inquiétudes concernant le transport des personnes et les enquêtes sur les agressions sexuelles.

Le rapport évoque « une déficience de politiques, de formation, de supervision et de recherche de responsabilités » au sein de la police de Baltimore mais également des « stratégies de maintien de l’ordre qui n’intègrent pas efficacement la communauté que la police municipale sert ». Les auteurs du rapport disent avoir constaté au cours de leur investigation une vaste reconnaissance de ces problèmes et un vif intérêt pour réformer.