Etats-Unis : Hasan Edmonds, le jeune soldat qui voulait mener un attentat pour l’EI

Hasan Edmonds, 23 ans, membre de la Garde nationale des Etats-Unis (US Army National Guard), a avoué qu’il s’apprêtait à mener une attaque avec son cousin contre une base militaire en banlieue de Chicago, dans l’espoir de tuer plus de cent personnes.

Il n’y a visiblement pas que la jeunesse de certains pays européens qui est intéressée par l’organisation de l’Etat islamique. Aux Etats-Unis, c’est aussi le cas Hasan Edmonds, 23 ans, membre de la Garde nationale des Etats-Unis (US Army National Guard), une composante de l’armée de terre. Le jeune soldat américain a plaidé coupable lundi de « conspiration » en vue de mener une attaque avec son cousin, contre une base militaire en banlieue de Chicago, dans l’espoir de tuer plus de cent personnes, a indiqué la justice.

Le jeune homme a commencé à communiquer sur internet, en janvier, avec un agent de la police fédérale américaine (FBI) qui se présentait comme un combattant du groupe Etat islamique (EI) en Libye. Hasan Edmonds a reconnu, en effet, avoir donné à l’agent des conseils sur « comment combattre et vaincre l’armée américaine » et s’être dit prêt, avec son cousin, à mener une attaque aux Etats-Unis, selon un communiqué du bureau du procureur du district nord de l’Illinois.

Hasan Edmonds et son cousin ont également rencontré, à plusieurs reprises, un autre agent sous couverture du FBI, en mars, qui se proposait de les aider à rejoindre les rangs des l’EI en Irak. Ils ont également évoqué l’utilisation par Jonas Edmonds de l’uniforme de son cousin pour attaquer la base de Joliet, dans l’Illinois, où ce dernier était assigné. Pour sa part, Jonas Edmonds a affirmé attendre de l’agent sous couverture qu’il l’aide à atteindre un « nombre de victimes allant de 100 à 150 ».

Heureusement, les deux jeunes hommes n’ont pas pu mettre leur plan à exécution. Hasan Edmond a été arrêté à l’aéroport de Chicago, où son cousin l’avait déposé, avant qu’il ne puisse embarquer sur un vol à destination de l’Egypte. « Grâce aux efforts de plusieurs procureurs, agents et analystes, nous avons été en mesure d’empêcher que ces comploteurs n’atteignent leurs objectifs, et avec ces plaidés coupables, ils seront tenus pour responsables », a indiqué John Carlin, procureur général adjoint en charge de la Sécurité nationale.

Hasan Edmonds risque jusqu’à 30 ans de prison pour « conspiration en vue d’apporter un soutien à une organisation terroriste étrangère et tentative de soutien matériel à une organisation terroriste étrangère ». Son cousin Jonas Edmonds, également Américain, risque lui jusqu’à 23 ans de réclusion après avoir plaidé coupable, la semaine dernière, du même premier chef d’accusation, ainsi que de « mensonge à un officier des forces de l’ordre ».