Etats-Unis : et si l’esclavage n’avait pas été aboli?

La chaîne américaine HBO (Time Warner) a commandé aux créateurs de sa saga « Game of Thrones » une nouvelle série, intitulée « Confederate ». Celle-ci imagine que le bloc confédéré a repoussé, durant la Guerre de Sécession, l’armée de l’Union et ainsi préservé son indépendance. En pleine polémique sur les symboles confédérés qui continuent d’être honorés dans les Etats du Sud, cette initiative fait tâche…

Thème de la future série : les Confédérés des Etats du sud ont gagné la guerre de Sécession contre les Etats du Nord : il y a donc deux pays, les Etats-Unis au Nord et la Confédération au Sud… Et surtout l’esclavage a ainsi perduré dans ces Etats confédérés d’Amérique, qui se préparent à une nouvelle guerre civile contre l’Union…

Dès l’annonce de la mise en chantier de cette nouvelle série, dont les premiers épisodes doivent être diffusés après la dernière saison de Game of Thrones, en 2018 ou 2019, les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux. « Les mêmes personnes qui donnent dans les scènes gratuites de viols et qui n’ont aucun personnage important de couleur vont aborder l’esclavage des Noirs avec nuance », a ironisé la militante April Reign, à l’origine du mot-clé #OscarsSoWhite qui avait dénoncé le manque de diversité dans la liste des nominations aux Oscars 2016.

Les créateurs de Games of Thrones, David Benioff et D.B. Weiss seront épaulés sur le projet Confederate par les producteurs noirs Nichelle Tramble Spellman (The Good Wife) et Malcolm Spellman (Empire). Le mot-clé#NoConfederate, lancé sur les réseaux sociaux, est arrivé en tête des termes les plus utilisés aux Etats-Unis sur Twitter le 29 juillet, lors de la diffusion sur HBO du troisième épisode de la saison 7 de Game of Thrones. Signe de l’émotion suscitée…

« Nous avons un grand respect pour le débat et les inquiétudes exprimées au sujet de Confederate », a réagi la chaîne HBO dans une déclaration écrite, sans évoquer un éventuel renoncement. « Nous avons confiance dans le fait que Nichelle, Dan, David et Malcolm vont aborder ce sujet avec soin et sensibilité. » La polémique dépasse le seul sujet du traitement télévisuel de l’esclavage et concerne tout autant l’insuffisante diversité derrière la caméra, même si les créateurs ont fait appel à deux producteurs noirs. Pour l’artiste et militante Bree Newsome, le mouvement d’opposition à Confederate « n’est pas qu’une question historique », a-t-elle tweeté. « C’est aussi lié au fait que [le genre] fantasy est limité à l’imaginaire des hommes blancs. »

Et il est peut-être préoccupant que cet imaginaire américain blanc continue en 2017 de se tourner avec nostalgie vers l’époque heureuse de l’esclavage des Noirs…