Etats-Unis : coup dur pour Donald Trump

Donald Trump

La Cour suprême des États-Unis a rejeté une contestation contre la victoire du Président élu Joe Biden en Pennsylvanie. Les républicains de l’État voulaient annuler la certification du résultat, mais les juges ont rejeté la demande dans une décision d’une phrase. C’est un coup dur pour le Président Donald Trump, qui a précédemment suggéré, sans preuve, que le résultat des élections serait réglé devant la Cour suprême.

Depuis lors, le Président sortant des Etats-Unis Donald Trump et ses partisans ont lancé des dizaines de poursuites pour remettre en question les résultats du vote. Aucun n’a failli annuler la victoire de Joe Biden. Le candidat démocrate a battu Donald Trump par une marge de 306 voix contre 232 au collège électoral américain, qui choisit le Président américain. Joe Biden a remporté 7 millions de voix de plus que le Président du pays.

Le gouverneur de Pennsylvanie, Tom Wolf, a déjà certifié la victoire de Joe Biden dans l’État. Conformément aux règles du collège électoral, les 20 électeurs de l’État se réuniront le 14 décembre pour voter officiellement pour le Président élu. Les républicains de l’État voulaient cependant annuler la certification de M. Wolf. La plus haute cour de l’État avait rejeté leur offre, la semaine dernière, ce qui les avait amenés à faire appel à la Cour suprême des États-Unis, à Washington.

Les avocats de l’État et le gouverneur Wolf ont critiqué l’affaire comme étant « fondamentalement frivole ». « Aucun tribunal n’a jamais rendu d’ordonnance annulant la certification, par un gouverneur, des résultats de l’élection présidentielle », ont-ils écrit. Et mardi, la Cour suprême a rejeté la plainte. La décision d’une phrase ne couvrait même pas les allégations des républicains, se lisant simplement: « La demande d’injonction présentée au juge Alito et renvoyée par lui à la Cour est rejetée ».

Avant, pendant et après les élections, Donald Trump a fait des allégations non fondées de fraude électorale et a suggéré que le résultat serait finalement décidé par la Cour suprême. Le Président a nommé trois des juges de la Cour, au cours de son seul mandat. Plus récemment, il a placé la juge conservatrice Amy Coney Barrett sur le banc, après la mort de la juge la plus libérale de la Cour, Ruth Bader Ginsburg, quelques semaines avant les élections.

Toutefois, ce n’est pas la fin des contestations juridiques de la victoire de Joe Biden. Les républicains de l’État du Texas ont déposé, mardi, un recours devant la Cour suprême accusant quatre autres États d’irrégularités électorales, un défi que les experts juridiques ont vivement critiqué. Les plaignants veulent que le tribunal arrête l’utilisation de « résultats électoraux illégaux sans examen et ratification par les législatures des États défendeurs ».