Etat des lieux du ping-pong en Afrique

En Afrique, le ping-pong n’est pas aussi populaire que le football mais c’est un sport qui se démocratise. Une évolution qui tient beaucoup à l’investissement de la Fédération africaine de tennis de table (Fatt), créée en 1961. Cherif Hajem, président de la Fatt, dresse un état des lieux de la pratique du ping-pong sur le Continent.

Notre envoyée spéciale à Brazzaville

Le ping-pong a de plus en plus la cote en Afrique. En dépit du manque d’argent pour assurer la promotion de ce sport, les efforts portent leurs fruits. Certains pays, comme le Nigeria et l’Egypte, ont d’ailleurs formé de grands joueurs. Cherif Hajem est président de la Fédération africaine de tennis de table (Fatt), créée en 1961, et vice-président de la Fédération internationale de tennis de table (Fitt). Rencontré à Brazzaville dans le cadre de compétitions panafricaines de ping-pong (21-29 juin), l’ancien président de la fédération tunisienne (1973-1995) et ex-secrétaire général de la Fatt (1980-1995) revient sur l’évolution du ping-pong en Afrique.

Afrik.com : Combien de fédérations nationales de tennis de table existe-t-il en Afrique ?

Cherif Hajem :
Sur 53 pays affiliés à l’Union Africaine, 45 pays répartis sur les sept zones du Continent ont une fédération nationale de tennis de table. Au départ, la Fédération africaine comptait une dizaine de pays mais, au fur et à mesure, d’autres pays se sont ajoutés. Et nous sommes aujourd’hui le deuxième continent dans le monde, derrière l’Europe, en terme de fédérations.

Afrik.com : Quels sont les huit pays qui ne font pas partie de la Fédération africaine ?

Cherif Hajem :
Ces huit pays sont le Tchad, Sao Tomé, le Swaziland, le Mozambique, le Mali, le Cap-Vert, la Guinée Bissau et l’Erythrée. Ils n’ont pas d’institutions officielles mais il est certain que des joueurs pratiquent le tennis de table sous différentes formes pour leur loisir. Pour les organiser en fédération, il faudrait trois ou quatre clubs et une réelle volonté de la base. Alors seulement la Fédération africaine pourra apporter son aide car, si elle se déplace comme ça, on pourrait lui promettre monts et merveilles et après ne rien faire. Actuellement, nous sommes en discussion avec Sao Tomé, le Mozambique et l’Erythrée, et ils pourraient bientôt rejoindre la Fatt.

Afrik.com : Quels sont les meilleurs pays africains en tennis de table ?

Cherif Hajem :
Depuis 1962 jusqu’à maintenant, l’Egypte et le Nigeria sont les meilleurs. Dans les années 80, le Nigérian Musa Atanda avait rivalisé avec les plus grands et s’était classé au 54e rang mondial, sur un millier de joueurs. Le meilleur joueur africain est aujourd’hui le Nigérian Toriola Segun (vainqueur mercredi des épreuves simples masculines à Brazzaville, ndlr) et son pays remporte 65% des médailles aux championnats africains senior et se distingue particulièrement lors des Jeux Africains. On assiste par ailleurs à un réveil extraordinaire de l’Egypte, qui a remporté ces cinq dernières années la plupart des titres dans les compétitions des jeunes.

Afrik.com : Pourquoi l’Egypte et le Nigeria sont-ils aussi forts ?

Cherif Hajem :
En Egypte, le tennis de table est un sport « héréditaire », il se pratique de père en fils. Par ailleurs, il y a une forte tradition de ce sport de par l’histoire de la Fédération africaine. Anouar el-Sadate, alors vice-président de l’Egypte, a été son président de 1961 à 1973. Le ministre de la Justice égyptien Amin Abou Heif lui a succédé de 1973 à 1988. Du coup, tout le monde s’est intéressé au tennis de table et ce sport est devenu très populaire. Quant au Nigeria, les colons britanniques y ont institué le tennis de table – comme dans les autres pays qu’ils ont colonisé – et, lorsqu’ils sont partis, les autorités ont pris la relève. J’ai vu les Nigérians jouer dans leur pays à trois reprises. Ce sont des gens très modestes. Ils n’ont pas besoin d’espadrilles, ils confectionnent leur table à leur manière, et ils sont très doués. Les jeunes évoluent d’ailleurs en Europe et reviennent en Afrique pour défendre leur pays. Et ils gagnent !

Afrik.com : Quels autres pays tirent leur épingle du jeu ?

Cherif Hajem :
Dans les années 70-80, la Tunisie, le Togo et le Ghana s’en tiraient bien. L’Algérie et l’Afrique du Sud ont fait leurs preuves dans les années 90 et, depuis 2000, on assiste à l’émergence du Congo et de la République Démocratique du Congo. Les résultats du Congo se portent d’ailleurs très bien : il a montré que les médailles d’or n’étaient plus l’apanage du Nigeria et de l’Egypte en remportant deux médailles d’or aux Championnats d’Afrique de Brazzaville, qui se sont déroulés en février 2007. Le Congo s’est aussi classé à la troisième place aux Jeux Africains de juillet 2007 à Alger. C’est la preuve que, désormais, il faudra compter avec lui.

Afrik.com : Que fait la Fatt pour démocratiser le tennis de table ?

Cherif Hajem :
Depuis presque huit ans, la Fitt, sur proposition de la Fatt, distribue aux fédérations nationales des équipements lourds (les tables, les pourtours, les marqueurs) et légers (balles, raquettes). Elle le fait pour 12 pays par an, avec un système de rotation, à l’occasion des Championnats d’Afrique de moins de 18 ans et de moins de 15 ans, des Championnats d’Afrique senior et des Championnats du monde. En général, les responsables n’attendent pas quatre ans pour recevoir leur matériel : ils en achètent eux-mêmes quand ils voient que le sport plaît. La Fatt sensibilise également pour que chaque week-end il y a ait une compétition sur le plan national.

Afrik.com : Les gouvernements africains sont-ils actifs ?

Cherif Hajem :
Les ministères des Sports sont très impliqués dans la promotion du tennis de table. Leur concours est essentiel car ce sont eux qui donnent les subventions nécessaires pour organiser des activités au niveau national et international.

Afrik.com : Est-ce facile de promouvoir le ping-pong ?

Cherif Hajem :
Oui : le matériel ne coûte pas cher par rapport à d’autres disciplines. Les jeunes peuvent jouer au parc, à la maison, dans un jardin… De mon expérience en Tunisie, je peux dire que j’ai réussi à faire du tennis de table le deuxième sport, derrière le football, en termes d’affiliation en club. En 1988, il y en avait 128. Cela prouve que si on veut travailler en ce sens, on peut le faire.

Afrik.com : Le tennis de table n’est donc pas un sport réservé aux plus riches ?

Cherif Hajem :
Au départ, le tennis de table n’est pas un sport d’élite. Au niveau de la base élargie, on prend une table, on met un filet, et on joue. Je me rappelle que mon père, qui était menuisier, m’avait fabriqué lui-même une raquette… Mais c’est vrai que lorsqu’on veut pratiquer sérieusement ce sport, on ne peut plus jouer n’importe où. Et quand on participe à des compétitions officielles, les choses changent : il faut une raquette spécifique, conforme au règlement. Et là, on s’en tire pour pas moins de cent dollars.

Afrik.com : Avez-vous une estimation du nombre de pongistes, d’arbitres et de coachs africains ?

Cherif Hajem :
Certaines fédérations sont assez structurées pour donner le nombre exact de pongistes qui jouent en compétition, et qui ont donc une licence. En revanche, il est très difficile de recenser exactement le nombre de joueurs qui pratiquent le tennis de table pour le plaisir. Je dirais que sûr plus de 10 millions de joueurs licenciés, environ 100 000 sont africains. Les arbitres internationaux africains sont 350 répartis sur 14 pays et les arbitres nationaux sont à peu près un millier. Et on compte un millier de coachs.

Afrik.com : Comment se passe la professionnalisation des cadres du tennis de table ?

Cherif Hajem :
Depuis quelques années, nous organisons une vingtaine de stages dans chaque zone pour les arbitres et les entraîneurs. Ainsi, une fois tous les deux ans, un pays a droit à une formation pour ceux qui débutent et des stages de perfectionnement pour les professionnels. L’année où le pays n’a pas de stage de prévu, on l’encourage à contacter son comité national olympique afin qu’il l’inscrive à la section « solidarité olympique », qui offre aussi une formation. Cela permet une formation continue.

Afrik.com : Il semble que les filles pongistes soient moins nombreuses…

Cherif Hajem :
Je dirais que 40% des joueurs sont des femmes. Le problème est qu’une fois que la fille est adolescente ou adulte elle a des charges et des soucis que les hommes n’ont pas, et cela les éloigne du sport. En général, elles jouent jusqu’à 22 ans et se consacrent après à leurs études, et vous savez comme les filles sont douées dans ce domaine. Le fait que les filles tendent à se désintéresser est peut-être dû au fait qu’il y ait une lacune en termes de coachs femmes, qui comprendraient mieux les problèmes de ces filles. J’ai lutté pour qu’il y ait plus de femmes arbitres et coachs, mais c’est difficile. Lorsque pour une compétition je demande qu’il y ait par exemple huit hommes arbitres internationaux et quatre femmes, des personnes me disent que c’est trop, que c’est disproportionné par rapport au nombre d’hommes arbitres internationaux. Car, en Afrique, il y a quatre femmes qui exercent cette fonction : une en Egypte, une en Afrique du Sud, une au Nigeria et une au Togo.

Afrik.com : Quels efforts sont faits pour promouvoir le tennis de table chez les filles ?

Cherif Hajem :
Dans certains pays ayant une forte tradition religieuse, la Fédération internationale de tennis de table autorise les filles à jouer en survêtement et pas en short comme les autres. Le Comité international olympique recommande par ailleurs qu’au moins 25% des joueurs soient des femmes. En février 2007, nous avons organisé un forum en Afrique où la recommandation était que 30% des joueurs soient des femmes. Mais nous en sommes déjà à 40%, ce qui fait de l’Afrique un continent mieux avancé que l’Europe et l’Asie. Par ailleurs, l’Afrique est l’unique continent où le vainqueur d’une compétition remporte 1 000 dollars, qu’il soit un homme ou une femme. L’Afrique est donc un exemple à suivre.

Afrik.com : Avec quels fonds fonctionne la Fatt ?

Cherif Hajem :
Ses recettes, insuffisantes, proviennent des cotisations des pays membres (10%) et de la Fédération internationale. Mais les fonds de la Fédération internationale ne nous reviennent pas directement : nous proposons par exemple à Fitt d’envoyer du matériel dans un pays qui en a besoin et elle se charge de l’acheter et de l’envoyer. Par ailleurs, lorsqu’il y a une compétition, l’argent des sponsors doit bénéficier au pays qui organise et une partie doit être reversée à la Fatt. Mais il y a tellement de dépenses qu’il ne reste presque rien.

Lire aussi:

 Tennis de table : le Congo et le Nigeria champions des simples

 Championnat d’Afrique de tennis de table : l’Afrique du Sud domine les finales du double

 Tennis de table : les Congolais champions d’Afrique

 L’Afrique du tennis de table se retrouve au Congo