Et si on envahissait les USA ?

Le gouvernement du président provisoire d’Haïti, Sessondfer Lepitre, a trouvé une solution audacieuse pour sortir le pays de la crise : envahir les Etats-Unis.  » Et si on envahissait les USA ? « , le roman de Jean-Baptiste Schiller, tendrement moqueur, navigue dans un univers loufoque et drôle. Une fiction sympathique.

Alors que Sessondfer Lepitre, le président provisoire d’Haïti et ses ministres tentent de trouver une solution pour financer la prochaine campagne électorale, Sansucre, le ministre du Sucre et du café, propose tout de go d’envahir les Etats-Unis. Une idée pour le moins saugrenue qui ne manquera pas de susciter la moquerie de ses pairs avant que Sansucre n’ait le temps de livrer le fond de sa pensée et les grands traits de sa stratégie.

 » (…) Les Etats-Unis, après leur victoire sur le Japon et l’Allemagne, les ont ensuite reconstruits. N’oublions pas le plan Marshall. Alors on leur fait la guerre « . Un scénario de qui perd gagne qui finit par séduire le président provisoire, peu à peu convaincu du bien fondé de la proposition. Le plan se met en oeuvre.

Une prêtresse vaudou

A quelques kilomètres de là, en Floride, Manman Mirambelle, une prêtresse vaudou aux formes éléphantesques, va malgré elle réussir à s’emparer, seule, de la mairie de Miami. Et participer, du moins Sessondfer Lepitre le croyait-il, aux desseins nationaux. Erreur. Quand, à la suite d’un concours de circonstances, elle est amenée devant le maire de Miami à la tête d’un mouvement populaire spontané, elle envoûte le chef de la police et tout le conseil municipal. Conseillée par un compagnon de voyage qui deviendra son bras droit, elle se proclame maire collatéral et entend prendre la place du gouverneur.

 » Et que veux-tu que l’on fasse pour maintenir le pouvoir, ici ? Tu t’y connais toi, dans cette affaire de démocratie ? Moi pas. Alors on utilisera les méthodes que nous connaissons. Verse-leur de la poudre à rendre gaga, et désorganise-les dans la violence pour pouvoir les contrôler « , lui expliquera son second, plein d’ambition et de suite dans les idées.

Digressions parasites

En s’emparant de la mairie, Manman Mirambelle, surnomée Manman Dessalines*, a également fait main basse sur les coffres de Miami. Sessondfer Lepitre, qui considère désormais la Floride comme le 10ème Etat d’Haïti, cajole son sens patriotique pour qu’elle paie un tribut à l’Etat. Mais la femme n’est pas dupe.

La fin du roman conclut tambour battant un scénario mené jusqu’à l’absurde. L’imaginatif essayiste haïtien, Jean-Baptiste Schiller, fait montre d’une belle maîtrise de la langue, mais en abuse trop souvent au détriment du rythme de l’histoire. Les digressions pourront déranger le lecteur qui gardera malgré tout l’envie d’aller jusqu’au bout.

* Jean-Jacques Dessalines, empereur autoproclamé d’Haïti en 1804

Jean-Baptiste Schiller, Et si on envahissait les USA ? Ed Le Serpent à Plumes, collection Motifs

Pour commander le livre.