Ensemble, dans l’unité, libérons le Congo

La prochaine élection présidentielle au Congo Brazzaville aura lieu en 2009. Ce scrutin est capital pour l’avenir de notre pays gangrené par la pauvreté et la misère de nos populations en dépit des gigantesques ressources financières générées par la flambée des prix de l’or noir.

Par Jean-François Tchibinda-Kouangou,
ancien ministre de la Justice du Congo, vice-président de l’U.PA.D.S[[l’Union Panafricaine pour la Démocratie Sociale]]

La situation que traverse notre pays est paradoxale. Tout d’abord celui-ci n’a jamais été aussi riche sur le plan économique, alors que le peuple congolais est de plus en plus besogneux et abandonné à son triste sort par un régime clanique et incompétent. Ensuite, la démocratie et l’état de droit sont devenus une forfaiture. La loi du plus fort s’imposant face à une constitution, pourtant taillée sur mesure.

Le régime « auto élu » de Sassou-Nguesso a échoué dans tous les domaines. Les énormes ressources financières dont regorge le Congo n’ont pas permis l’amélioration du niveau de vie des populations. Des services publics de qualité, l’accès à l’eau, à l’électricité, à la santé et à l’éducation leurs sont refusés. Que pourrait bien faire Sassou-Nguesso à partir de 2009 qu’il n’ait pu faire depuis son retour au pouvoir par la force il y’a onze ans?

Par conséquent, une seule solution s’impose à nous pour endiguer la décadence du pays. L’éjection du pouvoir de Sassou-Nguesso et de ses acolytes. Je crois profondément que cela est possible si dans un véritable sursaut les jeunes, les femmes et les hommes du Nord au Sud, et de l’Est à l’Ouest du Congo, font barrage à l’organisation d’une farce électorale déjà en gestation.

Pour la mise en place d’une commission électorale unique

Au-delà de nos différences, le Congo est notre bien commun qu’il nous faudrait préserver des prédateurs et complices de ce régime où la corruption, l’intimidation et le chantage sont érigés en principes de gouvernement.

Démocrates Congolais, notre responsabilité face à cette échéance est historique. Unissons-nous pour libérer démocratiquement notre peuple et bâtir un Congo nouveau pour notre bien être commun, celui de nos enfants et des générations futures.

Unissons-nous au delà des frontières du continent pour exiger et obtenir du régime de Sassou-Nguesso la mise en place d’une commission électorale unique, indépendante et permanente, pour garantir la transparence et la crédibilité du processus électoral.

Je lance un vibrant appel au peuple congolais tout entier, afin qu’il se rassemble et ne rate pas l’occasion de mettre un terme aux souffrances de ce pays en neutralisant, pacifiquement et démocratiquement, le régime de Sassou-Nguesso. Régime autoproclamé et incompétent, pilotant à vue le pays depuis bientôt onze ans de règne sans partage.

 Le site de Jean-François Tchibinda-Kouangou

2009 doit être l’année d’un nouveau départ pour le Congo.