Energie : l’interconnexion entre le Malawi et le Mozambique

Les autorités malawites et mozambicaines ont prévu de se rencontrer dans les prochains jours, afin d’étudier et trouver des financements pour le projet d’interconnexion. Un accord a été trouvé en avril 2013.

Après l’accord de signature entre le Malawi et le Mozambique sur l’interconnexion signé en avril dernier, un nouveau rendez-vous est pris. Le ministre mozambicain de l’Energie recevra son homologue malawite dans le courant de ce mois d’août pour étudier les perspectives de financement du projet d’interconnexion entre les deux pays. La Société d’Approvisionnement en Electricité du Malawi (Escom) et Electricité du Mozambique (EDM) sont engagées dans ce projet.

D’après le porte-parole du ministère mozambicain de l’Energie, Joseph Kalowekamo, les deux partenaires écriront une lettre commune pour effectuer des demandes de financement. Cette prochaine « réunion sera aussi l’occasion pour les deux pays d’établir des comités de travail et de stratégie sur le projet », a-t-il ajouté, selon Timesmediamw.com.

Le Malawi accède au pool énergétique

La planification du projet est divisée en deux temps. La première phase concerne la construction de lignes de transmission de Matambo, au Mozambique, à Phombeya, au Malawi, tandis que la deuxième phase impliquera la construction d’une ligne de Phombeya, dans le Malawi, à Nacala, au Mozambique, selon Joseph Kalowekamo.

Le Malawi est donc en passe d’intégrer le Southern African Power Pool (Pool énergétique d’Afrique Australe, SAPP). Le SAPP connecte les réseaux électriques de douze pays, dont dix pays de la sous-région de l’Afrique Australe. Le réseau produit 97% d’énergie et garantit la fiabilité de l’énergie électrique à faibles coûts, respecte l’environnement et encourage les échanges commerciaux entre les pays du SAPP.

Le Malawi aura ainsi accès au marché du SAPP par le Mozambique lui-même relié au Zimbabwe et à l’Afrique du Sud. En cas d’excès, c’est à partir de cette grille de réseau que le Malawi se fournira en énergie, et ainsi de suite.

Un projet coûteux

La connexion des systèmes énergétiques entre le Malawi et le Mozambique aura pour principal atout la sécurité énergétique. Si l’un des deux pays venait à rencontrer un problème d’ordre énergétique, l’autre pourra lui assurer un service en énergie. Une étude de faisabilité doit être mise au point afin d’élaborer les coûts de construction.

Le ministre malawite de l’Energie, Ibrahim Matola, affirme, selon Nyasatimes.com, que des accords financiers ont été conclus. Initialement, le projet est financé par un prêt de la Banque mondiale estimé à hauteur de 58 millions de dollars, dont 31,75 millions pour le Malawi et 27 millions pour le Mozambique.

Peu avant sa mort en 2012, le Président malawite, Bingu wa Mutharika, avait interrompu le projet en raison des prix d’honoraires (480 000 dollars) que le pays aurait dû payer chaque mois. Cette décision faisait du Malawi l’un des rares pays de la région SADC (Communauté de développement d’Afrique australe) à ne pas être relié au SAPP.