Eloïne Barry, Directrice Générale de l’APO

L’Organisation de la Presse Africaine, Organisation basée à Dakar leader en relations presse et stratégie de communication liée à l’Afrique vient de nommer sa Directrice Générale, Eloïne Barry. Franco-Guinéenne née à Lyon où elle a été élevée et a effectué ses études, elle est diplômée de l’Ecole Supérieure de Traduction et Relations Internationales de l’Université Catholique de Lyon et titulaire d’un Master en Marketing et Communication de l’EFAP. Avant de rejoindre l’Organisation de la Presse Africaine, elle était en charge des Relations Media et du développement d’audience pour la zone Europe, Moyen-Orient, Afrique et Inde de PR Newswire, leader mondial en diffusion de communiqués de presse, au siège européen de la société à Londres. Interview.

Pourquoi avoir rejoint l’APO ?

Eloïne Barry :
J’ai eu la chance de travailler avec Nicolas Pompigne-Mognard, Secrétaire-Général de l’APO lorsque j’étais chez PR Newswire et très vite, notre collaboration m’a montrée que nous partagions la même vision en ce qui concerne notre continent d’origine.
L’Organisation de la Presse Africaine offre des services gratuits aux journalistes africains ainsi que des solutions de communications innovantes aux autorités publiques. L’APO soutient les institutions africaines et internationales dans leur stratégie de communications liées au développement du continent. Aussi, avec une base de données média contenant 25 000 contacts et une capacité de distribution de près de 20 000 communiqués de presse liés à l’Afrique par an, l’APO a su s’imposer comme le leader global en terme de diffusion de communiqués de presse liés à l’Afrique. L’organisation contribue à réduire le fracture digitale entre le nord et le sud en désenclavant les médias africains grâce à des services tels que la visioconférence de presse, mais aussi en les aidant dans leurs recherches d’information.
Donald Kaberuka, le Président de la Banque Africaine de Développement, a souligné que la diffusion d’informations liées à l’Afrique participe au développement du continent Africain. L’APO étant le leader de la diffusion d’information relative à l’Afrique, je tenais absolument à apporter ma pierre à l’édifice.

Quelles seront vos missions ?

J’ai intégré l’APO en tant que Directrice Générale. Placée sous l’autorité du Secrétaire-Général, ce poste permet d’assurer le lien entre la stratégie et l’opérationnel et vise principalement à assurer la direction et le management des activités. Il s’agit donc de coordonner et de prendre en charge la gestion de l’ensemble des activités, et du développement, de l’APO. C’est un poste transversal et pluridisciplinaire dont dépendent toute la cohérence et la qualité de l’action de l’APO.

Qu’est-ce que l’APO aujourd’hui ?

L’APO est avant tout le leader global de la diffusion de communiqués de presse liés à l’Afrique. L’APO diffuse 20.000 communiqués de presse liés à l’Afrique par an.
L’APO, qui a signé en 2009 et 2010 des partenariats avec les trois leaders mondiaux de la diffusion d’information, PR Newswire, LexisNexis et Comtex, vient de signer un nouveau partenariat avec Dow Jones Factiva, un autre poids lourd de la diffusion mondiale d’information, suivi d’un partenariat avec le groupe Orange, qui diffuse le contenu de l’APO sur son portail africain et envisage de le redistribuer sur les téléphones mobile du groupe en Afrique.
Le contenu de l’APO sera par ailleurs redistribué par Thomson Reuters, un autre leader mondial, à partir de février.

Enfin, l’APO est chargée de la diffusion de tous les communiqués de presse des clients de PR Newswire actifs sur le continent africain.

Mais l’APO c’est aussi le plus important fichier presse lié à l’Afrique, regroupant plus de 25.000 contacts, alliés à une gamme de services très étendue, allant de la veille eMedia, à la veille concurrentielle, la publication d’éditoriaux, en passant par la visioconférence de presse, ou encore le webcast interactif…

Quelles sont vos ambitions pour l’avenir ?

L’APO souhaite tout d’abord parachever son leadership en matière de diffusion d’information relative à l’Afrique en développant des partenariats permettant de diffuser son contenu sur les téléphones mobiles en Afrique.

Nous souhaitons par ailleurs consacrer des ressources importantes au développement de l’un de nos service phares, la visioconférence de presse, qui représente à nos yeux l’avenir de la relations presse. Tout en développant nos activités liées au webcast.

Naturellement, nos projets de développement stratégiques demeurent confidentiels, mais l’APO affiche clairement son ambition : asseoir sa notoriété de leader de la relation presse en Afrique, tout en étoffant une offre de services répondant aux besoins des entreprises et des organisations de collecter de l’information, de diffuser de l’information et d’influencer les décideurs.

Le développement de l’Organisation de la Presse Africaine s’appuie, d’une part, sur une croissance économique soutenue du continent Africain. 13 pays africains tablent sur une croissance entre 6% et 11% en 2011, et d’autre part sur le désenclavement numérique du continent généré par les câbles de fibre optique ACE et SEACOM, notamment.

A l’heure où de plus en plus de multinationales considèrent le continent Africain comme leur ultime levier de croissance, la demande en relations presse liée à l’Afrique ne cesse de s’accroître. Mais les attachés de presse et les chargés de communications sont de plus en plus nombreux à reconnaître que leurs prestataires habituels, basés en Europe ou aux USA par exemple, ne sont d’aucune efficacité sur le continent africain, où leurs fichiers presse sont proche du néant. En Afrique, bien souvent le plus important n’est pas « ce que l’on sait faire », mais plutôt « qui on connaît »… Par ailleurs, les journalistes africains considèrent bien souvent d’un mauvais œil les sollicitations formulées par les agences de communications occidentales. Alors que l’Organisation de la Presse Africaine, qui a son siège à Dakar, sur le sol africain, qui est administrée par des africains, qui fournit des services gratuits aux journalistes africains depuis des années, et dont le Comité Consultatif International accueille notamment le Directeur-général de Panapress, le Président de AllAfrica, ou encore le Porte-parole de la South African Broadcasting Corporation (SABC), bénéficie d’une bien meilleure image auprès des journalistes africains. Ce qui nous rend naturellement beaucoup plus efficace, dés lors que, sur le continent africain, les relations interpersonnelles occupent une place centrale dans la réalisation et l’aboutissement de la plupart des projets.

Donc, l’APO recrute ?

Naturellement, l’APO recrute pour soutenir sa croissance. De nombreux postes sont à pourvoir. Nos emplois sont exclusivement réservés à des personnes d’origine africaine, quelle que soit leur nationalité. Nous recrutons uniquement des personnes parfaitement bilingues et dotées d’un niveau master, ou d’une expérience professionnelle significative. Nous recrutons des chefs de projets, des chargés de relations presse, et des commerciaux, notamment.

 Le site de l’APO