Elections tendues en Gambie

Les Gambiens se rendent dans les bureaux de vote ce jeudi pour élire un nouveau président. Yahya Jammeh est candidat à sa propre succession. Les élections se déroulent dans un climat très tendu.

Banjul retient son souffle. Depuis la campagne présidentielle, le 26 septembre dernier, la capitale gambienne a été le théâtre de plusieurs incidents violents. Les Gambiens choisiront ce jeudi leur nouveau président. Quatre candidats, en plus du président sortant, Yahya Jammeh, sont en lice. Lundi soir, les partisans du président sortant et ceux de Ousainou Darboe ont été dispersés brutalement par la police. Les heurts demeurent violents.

Un jeune militant de Ousainou Darboe a été tué par les forces de l’ordre. Un climat de suspicion plane sur ces élections. L’opposition accuse le parti au pouvoir, l’Alliance patriotique de réorientation et de construction (APRC) d’avoir fabriqué des milliers de fausses cartes électorales. Ousainou Darboe, un avocat de 53 ans, apparaît comme l’adversaire le plus sérieux de Yahya Jammeh.

Le passé, argument électoral

Ces élections semblent les plus ouvertes de l’histoire de la Gambie. Pour la première fois, les médias publics ont ouvert leurs portes aux leaders de l’opposition. Qui n’ont pas manqué de s’y engouffrer. Le passé chaotique de la Gambie est le sujet qui domine dans cette campagne.

L’actuel président fustige ses opposants, les accusant d’être les  » continuateurs  » de l’ancien régime qu’il avait lui-même renversé en 1994. Yahya Jammeh s’était emparé du pouvoir d’une  » manière pacifique « , sans effusion de sang, et a été élu en 1996 à la tête de la Gambie. A 36 ans, il fait figure de favori. Ses adversaires lui reprochent son autoritarisme. L’ancien président renversé en 1994, Dawda Jawara, a donné pour consigne à ses militants de faire barrage à Yahya Jammeh. Son parti, le Parti progressiste du peuple, appelle à voter pour Ousainou Darboe.

Les frontières du pays ont été fermées de mercredi jusqu’à vendredi et l’Etat a décrété que les jeudi et vendredi seront fériés. En cas de deuxième tour, des élections auront lieu dans deux semaines.