Elections en Centrafrique : de report en report

François Bozizé, le président centrafricain, a annoncé jeudi que les élections présidentielle et législatives du pays, prévues pour le 16 mai, sont reportées. Aucune date de tenue du scrutin n’a encore été avancée. Ce report fait suite à l’annonce de la Commission indépendante qui s’était déclarée hier incapable d’organiser techniquement le vote dans les délais. L’opposition qui avait menacé de boycotter l’événement dans le cas où elles se tiendraient à la date prévue, s’est dite satisfaite.

Le candidat à sa propre succession et actuel président centrafricain François Bozizé a annoncé jeudi que les élections présidentielle et législatives du pays, prévues pour le 16 mai, avaient été reportées. Il n’a pas précisé de prochaine date de tenue du scrutin. « Les élections ne vont pas se tenir le 16 mai. Lorsque toutes les parties impliquées dans ces élections, y compris la communauté internationale, seront prêtes, nous irons à ces élections », a-t-il déclaré, suite à une réunion réunissant des chefs de partis politiques, dont l’opposition, ainsi que la commission électorale, hier après-midi.

Le Chef d’Etat a ensuite appelé l’Assemblée Nationale, à « préparer des textes » dans le cas d’un éventuel dépassement du mandat présidentiel (qui se termine le 11 juin), afin d’éviter tout risque d’anticonstitutionnalité.

L’opposition satisfaite

A l’annonce du report des élections, la coalition d’opposition, d’ex-rébellions et de partis centristes du Collectif des forces du changement (CFC) s’est dite satisfaite.
Elle avait menacé de boycotter les élection si le scrutin se tenait le 16 mai, en raison de nombreux problèmes.

De nombreuses difficultés ont rendu la tenue du scrutin impossible le 16 mai, notamment au niveau de la sécurité, en raison de l’activisme de rebelles et à la préparation des scrutins. Les listes électorales sont incomplètes à 3 semaines des élections.

En effet, la Commission Electorale Indépendante, a dû se rendre à l’évidence que la tenue du scrutin le 16 mai était impossible, tout comme le chef de l’Etat François Bozizé, candidat à sa propre succession. Jeudi, Rigobert Vondo, porte-parole de la CEI, a déclaré que « La CEI se trouve aujourd’hui dans l’obligation de dire qu’elle ne pourra plus techniquement tenir le délai d’organisation des élections ».

Les élections avaient été initialement prévues pour le 25 avril 2010. Elles avaient été repoussées au 16 mai. Le mandat du président candidat à sa réélection François Bozizé prend fin le 11 juin. Il avait été porté au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat en 2003 et élu officiellement président à l’issue d’une élection organisée en 2005.

Lire aussi :

 Centrafrique : François Bozizé va-t-il organiser les élections de force ?

 François Bozizé présente le Kwa Na Kwa