Elections au Zimbabwe : enfin une date !

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a annoncé hier à Harare que les prochaines élections législatives du pays se tiendraient les 24 et 25 juin. Les observateurs de la communauté internationale se montrent relativement confiants dans la bonne tenue de ces élections. Le parti d’opposition reste sur les rangs et se tient prêt à contester le futur résultat

Robert Mugabe a signé hier le décret fixant la date des élections législatives aux 24 et 25 juin prochains. Ces élections s’annoncent comme le scrutin le plus disputé depuis l’indépendance du pays en 1980. Les réactions, après la publication du décret dans le journal officiel lundi soir, sont contradictoires.

La Commission de supervision des élections (ESC), nommée par le gouvernement zimbabwéen, avait estimé le 11 mai dernier que le déroulement des élections ne pouvait être démocratique. Le secrétaire général du Commonwealth, Don McKinnon, a déclaré à l’issue d’un entretien avec le président Mugabe, que la tenue d’élections  » libres et honnêtes  » est possible. Cet optimisme quelque peu naïf est relayé par l’Union européenne qui a dépêché une équipe d’observateurs aujourd’hui à Harare, en vue d’assainir le terrain.

Les intimidations risquent de fausser le jeu électoral

Mais pour le secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), Welshman Ncube cité par le Zimbabwe Independent :  » Au vu des conditions actuelles, il est impossible d’organiser des élections libres et honnêtes, mais nous ne pouvons pas faire souffrir le peuple plus longtemps sous la domination du Zanu-PF «  .

Malgré les violences et les pressions exercées sur ses partisans, le MDC a renoncé, au nom de la démocratie, au boycott des élections.  » Certaines personnes nous ont conseillé de constituer une voix d’opposition forte au Parlement. Mais nous ne serons pas une simple voix d’opposition, nous voulons former le nouveau gouvernement « , a expliqué Morgan Tsvangirai, leader de l’opposition, dans le même quotidien.