Election présidentielle en Côte d’Ivoire : le long silence de Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo

Accueilli à Bruxelles où il vit depuis son acquittement par la Cour pénale internationale, l’ancien Président ivoirien, Laurent Gbagbo, a fait l’option du black-out sur l’actualité ivoirienne. Malgré tout ce qui se passe dans le pays, à cette veille d’élection présidentielle, l’ex-chef d’Etat ne se prononce pas officiellement. Un choix apparemment délibéré, mais jusqu’à quand ?

S’il est un fait qui retienne particulièrement l’attention depuis la déclaration de candidature d’Alassane Ouattara, le 6 août dernier, et le début du processus électoral qui court d’ailleurs à sa fin, puisque le scrutin aura lieu dans cinq jours en Côte d’Ivoire, c’est bien le silence de l’ancien Président, Laurent Gbagbo. Non pas que l’ancien Président se désintéresse des affaires de son pays, tant s’en faut ! Non pas que l’envie de s’exprimer lui manque, bien au contraire !

Selon des sources proches de lui, Laurent Gbagbo, depuis Bruxelles où il séjourne après son acquittement par la CPI, aurait tenté, à deux reprises, ces derniers jours, de s’exprimer sur la situation politique ivoirienne, par message enregistré, avant de se raviser. Du dépôt de sa candidature jusqu’à son invalidation, l’ancien Président n’a absolument rien dit. Bien sûr, ses partisans s’alignent sur les positions de l’opposition vis-à-vis du scrutin. On les a vus à différentes rencontres de l’opposition; par exemple, Assoa Adou, homme de confiance de Laurent Gbagbo, était bien présent, lors du meeting du 10 octobre 2020, au stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.

Quand on sait que Laurent Gbagbo garde un contact permanent avec ses fidèles dont Assoa Adou, on comprend aisément qu’ils ne peuvent prendre aucune une initiative qui ne rencontre pas l’adhésion de leur leader. Mais l’ancien Président, lui-même, est resté totalement muet sur tout ce qui se passe dans son pays.
Parlera-t-il avant le scrutin qui se déroulera dans cinq jours ou le fera-t-il après ? Ce qui est certain, c’est que la plupart de ses partisans en Côte d’Ivoire rêvent d’entendre leur leader se prononcer directement sur l’actualité politique nationale.
Pour ce qui est de ses mouvements, sans passeport, l’ancien Président reste coincé à Bruxelles. Sa demande de délivrance d’un passeport diplomatique, en tant qu’ancien Président ayant été rejetée, il a demandé un passeport ordinaire. Là encore, la requête est restée sans suite depuis plusieurs semaines. Le régime d’Abidjan craindrait-il que le retour du natif de Gagnoa en terre ivoirienne avant le scrutin contrecarrerait ses plans ? Tout semble le prouver, surtout qu’Alassane Ouattara avait dépêché le Président nigérien, Mahamadou Issoufou, auprès de son prédécesseur pour, dit-on, négocier sa neutralité au cours de l’élection.

D’ailleurs, le Président ivoirien a clairement fait ressortir ses intentions dans ses propos, à l’occasion d’une récente interview accordée au journal Le Monde : « Laurent Gbagbo va rentrer, il n’y a aucun problème. Il a un procès en cours. Il a été acquitté en première instance par la Cour pénale internationale. Il y a une procédure d’appel et dès que cela sera terminé, je prendrai les dispositions pour qu’il puisse rentrer ».
Pendant tout ce temps, Alassane Ouattara aurait déjà eu le temps de se faire réélire.