Egypte : un couple suisse tué après le vol de ses biens, le gardien suspecté

La police a découvert les corps de deux ressortissants suisses en couple assassinés et enterrés dans le jardin de leur maison de la ville balnéaire d’Hurghada, sur la mer Rouge. Leur gardien serait leur meurtrier.

La police égyptienne a effectué une bien macabre découverte. Elle a retrouvé les corps de deux ressortissants suisses en couple assassinés et enterrés dans le jardin de leur villa, dans la ville balnéaire d’Hurghada, sur la mer Rouge, une destination touristique très fréquentée.

Pour le moment, les premiers éléments de l’enquête indiquent que les deux victimes, un homme et sa femme, ont été tuées par le gardien de leur maison, aidé par deux amis, pour leur dérober leurs biens, a précisé un responsable des services de sécurité. Les enquêteurs ont également précisé que le gardien était en possession d’objets volés à leur domicile.

Interpellé par la police, le gardien aurait ensuite avoué avoir tué les deux ressortissants suisses, âgés de 54 et 64 ans, avec l’aide de deux complices, dans le but de les cambrioler avant d’indiquer le lieu où il avait enterré les corps. L’un de ses complices aurait été interpellé dans la nuit de jeudi à vendredi. Le couple était porté disparu depuis une semaine. Selon la Radio Suisse romande, c’est le fils du couple qui aurait donné l’alerte ne parvenant pas à joindre ses parents, établis depuis plusieurs années en Egypte. Il aurait contacté depuis la Suisse les autorités égyptiennes.

Corps en état de décomposition avancé

Par ailleurs, un responsable de l’hôpital de la ville a indiqué que « les deux corps avaient été amenés à la morgue dans un état de décomposition avancé », selon le site de la télévision d’Etat. Leurs cadavres ont été retrouvés dans le jardin d’une villa. Le site de la télévision publique a également diffusé des images montrant des policiers en train de déterrer un corps dans un trou. Il s’agirait de l’une des victimes.

De son côté, le ministère suisse des Affaires étrangères a confirmé la meurtre des deux ressortissants suisses et a conseillé à ses ressortissants de rester prudents face à l’instabilité politique dans le pays. Sa porte-parole Carole Waelti a précisé que le ministère était « en contact avec la police égyptienne, où une enquête criminelle est en cours, de même qu’en Suisse », ajoutant toutefois que « les crimes violents contre des étrangers sont très rares en Egypte ».