Egypte, Tunisie et Nigeria : 114 morts, week-end sanglant en Afrique

Ce week-end a été sanglant en Afrique, avec son lot de morts. Au moins, 114 personnes ont été exécutées entre samedi et dimanche, en Tunisie, en Egypte et au Nigeria.

L’Afrique serait-elle le berceau de… la mort ? Tellement les populations y sont décimées. Si ce n’est pas en Libye, en RDC, au Soudan du Sud ou en Centrafrique, théâtre de violences et autres exactions, c’est au Nigeria, en Egypte ou encore en Tunisie où on enregistre des tueries. Ce week-eend, au moins 114 personnes ont té tuées.

Egypte : 4 morts et 14 blessés dans le Sinaï

Ce dimanche, une bombe visant un autobus de touristes sud-coréens a tué au moins quatre personnes, dans le Sinaï égyptien. L’Egypte venait ainsi d’enregistrer son premier attentat contre des étrangers, depuis que l’armée a destitué le Président islamiste Mohamed Morsi. L’attaque a été perpétrée au poste-frontière de Taba qui se trouve être une station balnéaire sur la frontière avec Israël. Cet attentat a également fait 14 blessées et n’a toujours pas été revendiquée. Le ministère de l’Intérieur a indiqué que le chauffeur égyptien figurait parmi les morts. Il a en outre ajouté que le véhicule transportait des touristes coréens.

Nigeria : 106 morts dans l’Etat de Borno

Le Nigeria a enregistré le plus lourd bilan de ce week-end sanglant. Au total, 106 habitants du village d’Izghe, dans l’Etat de Borno (nord-est du Nigeria), ont été tués par des hommes armés. Ces derniers sont soupçonnés d’appartenir au groupe Boko Haram. Selon le sénateur nigérian Ali Ndume, qui reprend des informations reçues d’Izghe, 106 personnes, dont une femme âgée, ont été tuées par les agresseurs, soupçonnés d’être des combattants de Boko Haram. Les assaillants se sont emparés du village. Ils ont pillé les commerces et magasins d’alimentation et ont chargé leur butin dans des véhicules d’habitants et se sont enfuis dans la brousse.

Tunisie : quatre morts dont gendarmes

En Tunisie, des islamistes déguisés en agents des forces de sécurité ont tué quatre personnes, dont deux gendarmes. L’attaque a été commise dans la nuit de samedi 15 à dimanche 16 février 2014, près de la frontière avec l’Algérie. Le ministère de l’Intérieur a indiqué qu’une patrouille de la garde nationale s’était rendue sur place après avoir été informée qu’un groupe bloquait une route. A l’arrivée, quatre éléments terroristes ont ouvert le feu et ont tué deux agents pour en blesser deux autres. L’attaque a eu lieu samedi peu après minuit, à Awled Manna, dans la région de Jendouba.

Un total de 114 personnes tuées, entre la Tunisie, l’Egypte et le Nigeria, durant ce week-end sanglant. Ce qui dénote d’une violence sans précédent en Afrique où les attaques, attentats sont légion.