Egypte : neuf membres des Frères musulmans tués, la violence atteint son paroxysme

Neuf membres des Frères musulmans ont été tués en Egypte dans un raid mené ce mercredi par la police.

La violence semble avoir atteint son paroxysme en Egypte. Neuf membres de la confrérie des Frères musulmans, dont un haut responsable, ont été tués, ce mercredi 1er juillet 2015,dans un raid de la police, au Caire, a annoncé l’organisation islamiste
Selon l’organisation, qui a diffusé l’information en anglais sur son compte Twitter, « la police a assassiné neuf leaders des Frères musulmans alors qu’ils étaient réunis pour discuter du soutien à apporter aux détenus (politiques) martyrs ». L’ancien parlementaire Nasser al-Houfi, un haut responsable des Frères musulmans, figurent parmi les neuf morts, a affirmé un avocat de la confrérie islamiste, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat. « La famille de Monsieur Houfi est en route pour récupérer son corps », a précisé l’avocat.

De son côté, la police a estimé que « les terroristes visés par le raid faisaient l’objet d’un mandat d’arrêt et étaient recherchés pour des actes de sabotage et de vandalisme ». Ils auraient ouvert le feu lorsqu’une équipe des forces de sécurité est venue les arrêter dans leur appartement de la banlieue du Caire. Ils ont été tués quand la police a répliqué, d’après les mêmes sources. Ce raid de la police égyptienne intervient au surlendemain de l’assassinat au Caire du procureur général d’Egypte dans un attentat à la bombe.

Pour rappel, la confrérie des Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, est considérée comme terroriste en Egypte. La violence a pris de l’ampleur en Egypte depuis la destitution du Président Mohamed Morsi, en juillet 2013, par l’ex-chef de l’armée et actuel Président Abdel Fattah al-Sissi.

Plusieurs associations de défense des droits de l’Homme ont d’ailleurs dénoncé le régime répressif du Président al-Sissi, soulignant qu’il était encore plus autoritaire que celui de Hosni Moubarak, chassé du pouvoir par un soulèvement populaire début 2011. De nombreux blogueurs activistes qui se sont confiés à Afrik.com affirment qu’en Egypte il y a régulièrement des arrestations de masse, du fait que le régime actuel ne supporte aucune critique à son encontre.