Egypte : le rapatriement de Français a commencé vendredi

L’Egypte traverse une crise véritable et chaque jour avec son lot de morts. Après les quelques 600 morts dénombrés au lendemain de ce qu’il convient d’appeler la tuerie du Caire, le vendredi a été sanglant avec plus de 80 personnes tuées. Les étrangers ne se sentent plus en sécurité. Certains commencent à faire leurs valises, notamment les Français qui ont entamé un rapatriement depuis vendredi.

Il faut dire que le vendredi a été sanglant avec la mort annoncée de plus de 80 personnes (on parle de 83 morts du côté du ministère de l’Intérieur). Les frères musulmans avaient annoncé un vendredi de la colère et ils l’ont appliqué sur le terrain avec une forte mobilisation. Ce qui a occasionné de violents heurts entre partisans du Président déchu, Mohamed Morsi, et la police désormais autorisée à tirer. Caire a été entièrement transformé en champs de bataille avec des manifestants qui se sont mobilisés en masse. Les pro-Morsi ont appelé à des manifestations quotidiennes à partir de ce samedi.

La situation est plus que jamais tendue en Egypte au point d’inquiéter tous les pays qui comptent des ressortissants dans ce brasier en proie aux violences et à un bain de sang. La France n’a pas officiellement demandé à ses concitoyens de quitter le pays. Le Quai d’Orsay s’est limité à fortement déconseiller de voyager à destination de l’Egypte. En effet, sur le site du ministère des Affaires étrangères , on peut lire que « Tout voyage en Egypte est déconseillé jusqu’à nouvel ordre, sauf raison impérative ». Selon les informations parues sur Europe 1, les entreprises Vinci et Bouygues Construction sont en train de rapatrier en France une vingtaine de leurs salariés ainsi que leurs familles. Les premiers rapatriements ont eu lieu vendredi et d’autres devraient suivre pendant le week-end. Les évacuations se feront en fonction des vols disponibles.

Le bilan du Vendredi de la colère est lourd. Presque 80 personnes ont été tuées et les autorités égyptiennes ont interpellé 1 004 individus supposés appartenir aux Frères musulmans d’où est issu le Président déchu, Mohamed Morsi. Selon le ministère de l’Intérieur qui a fait un communiqué ce samedi, les arrestations ont eu lieu lors des manifestations de vendredi sur tout le territoire égyptien. Le gouvernement égyptien accuse les Frères musulmans d’avoir commis des actes « terroristes » durant les manifestations.