Egypte : la revendication par l’EI du crash de l’avion russe est « une propagande », selon al-Sissi

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a affirmé lors d’un entretien lundi à la radio britannique « BBC » que la revendication du crash de l’avion russe samedi dans le Sinaï est de la pure « propagande pour nuire à la stabilité et à l’image de l’Egypte ».

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ne voit pas d’un bon œil
la sortie de l’organisation de l’Etat islamique (EI) sur le crash de l’avion Airbus A321 de la compagnie russe Kogalymavia/Metrojet, dans la péninsule égyptienne du Sinaï, samedi dernier. Lors d’un entretien à la BBC, lundi, il a déclaré que « la revendication de l’EI du crash est de la pure propagande pour nuire à la stabilité de l’Egypte et à son image ». « Pour le moment, il est trop tôt pour affirmer ce qui a provoqué le crash », a ajouté le dirigeant égyptien.

Pour l’heure, les causes du drame sont toujours en question. La compagnie russe Kogalymavia/Metrojet a de son côté écarté, ce lundi, l’hypothèse d’une défaillance technique ou d’une erreur humaine pour expliquer l’accident. Celui-ci ne peut être que le résultat d’une autre « action technique ou physique », a déclaré Alexander Smirnov, directeur général adjoint de la compagnie aérienne. Il s’agit, selon lui, d’une « action extérieure car l’avion était en excellent état », a-t-il dit, lors d’une conférence de presse à Moscou. « Nous excluons une défaillance technique ou une quelconque erreur de l’équipage ».

Le chef du renseignement américain, James Clapper a, pour sa part indiqué, ce lundi, à Washington qu’il n’y avait « pas de signe pour l’instant » qu’un acte terroriste soit à l’origine du crash de l’avion. Il a également estimé « improbable » que le groupe Etat islamique ait les moyens d’abattre un avion commercial en vol, ajoutant toutefois qu’il ne pouvait pour autant « l’exclure » complètement.