Egypte : la rébellion de Morsi contre ses juges

Alors que son procès doit se tenir le 4 novembre, le Président déchu Mohamed Morsi, ne reconnait pas le tribunal qui doit le juger pour « incitation au meurtre ».

Plusieurs mois après son renversement par l’armée le 3 juillet, Mohamed Morsi n’a pas l’intention de se laisser faire. Et il l’a fait savoir. Toujours détenu dans un endroit secret par les autorités de son pays, son procès doit se tenir le 4 novembre prochain. Seulement l’ex-Président égyptien ne reconnaît pas l’autorité du tribunal qui doit le juger pour « incitation au meurtre » de manifestants qui protestaient contre son régime, le 5 décembre 2012, quand il était au pouvoir. C’est la coalition de ses partisans, l’Alliance pour la démocratie et contre le coup d’Etat, qui a fait part de sa position lundi. Mohamed Morsi comparaîtra au district du Caire au côté de 14 autres responsables des Frères musulmans.

La coalition qui soutient toujours le Président déchu, va même plus loin, affirmant qu’« aucun avocat égyptien ou étranger ne défendra le Président élu Mohamed Morsi, car le Président ne reconnaît pas ce procès ni aucune action ou processus issu du coup d’Etat », qui a ébranlé le pays et provoqué la montée de l’insécurité. Mais le procès du chef d’Etat renversé pourrait attiser la colère de ses partisans. L’Alliance contre le coup d’Etat a en effet d’ores et déjà appelé ses partisans à se mobiliser massivement au Caire et dans tout le pays le jour du procès. De son côté, le gouvernement intérimaire a assuré qu’il déploierait massivement les forces de l’ordre ce jour-là. Il a, depuis août, autorisé les forces de l’ordre à ouvrir le feu « sur tout manifestant se montrant hostile ou s’en prenant à un bien public ».

Depuis le chute de Mohamed Morsi, l’Egypte est en effet toujours mal en point. Les partisans l’ancien dirigeant égyptien continuent régulièrement de manifester dans le pays pour contester le coup d’Etat contre le Président issu de la confrérie des Frères musulmans. Malgré la menace de la répression que brandissent les autorités égyptiennes, les pro-Morsi refusent d’abdiquer.