Egypte : escalade de la violence, 6 morts au Caire ce mardi

L’Egypte sombre dans la spirale de la violence. Six nouvelles personnes ont péri ce mardi dans des affrontements entre pro et anti-Morsi au Caire. Deux autres personnes ont été tuées dans le Sinaï. Israël a renforcé ses défenses dans cette zone.

C’est une escalade de la violence qui se déroule en ce moment en Egypte. Six nouvelles personnes ont été tuées ce mardi matin, dans des affrontements sanglants entre les partisans et opposants à Mohamed Morsi, rapportent les médias locaux. Ce combat idéologique a eu lieu près de l’université du Caire où les Frères musulmans, confrérie d’où est issu le Président déchu, sont constamment rassemblés depuis la destitution de ce dernier. Ils ont dénoncé une attaque visant des manifestants pacifiques, réclamant à l’armée de restituer le pouvoir à Morsi après l’avoir renversé. « Les responsables du coup d’Etat militaire continuent de terroriser les manifestants pacifiques d’Egypte », selon le Parti de la Liberté et de la Justice (PLJ), la formation politique des Frères musulmans.

Les heurts ont opposé plusieurs centaines de partisans de Mohamed Morsi à des habitants du quartier, des petits vendeurs et autres personnes, près des lieux du rassemblement des soutiens à l’ancien dirigeant égyptien. Des coups de feu ont été tirés et des pierres lancées. Six personnes ont péri et 33 autres ont été blessées, ce qui porte à neuf le nombre de tués dans les violences politiques ces dernières 48 heures, rapporte le journal gouvernemental Al Ahram, qui cite un fonctionnaire du ministère de la Santé.

Heurts à coups de pierres et gourdins

Les heurts ont été particulièrement sanglants. Selon le journal Les Echos, des épaves de dizaines de véhicules incendiés gisaient dans le quartier universitaire où ont eu lieu les affrontements. Des taches de sang inondaient le sol, où jonchaient des bris de verre, près d’une zone où travaillent de multiples commerçants. Un poste de police a été incendié. Et des habitants qui, eux aussi, comme les pro-Morsi n’abdiquent pas, ont arrêté des voitures se rendant à l’université du Caire, pour se procurer des armes. De leur côté, restant sur leurs gardes, après les confrontations de ce matin, des membres des Frères musulmans, armés de gourdins, gardent l’entrée de la zone où les partisans de l’ex-chef d’Etat sont rassemblés.

Deux morts dans le Sinaï, Israël renforce sa défense

Par ailleurs, un civil et un policier ont été tués ce mardi dans la région du nord du Sinaï, près des frontières avec Israël et la bande de Gaza. Ces derniers jours, les tensions ont flambé dans cette zone où des intégristes ont intensifié leurs attaques contre les forces de sécurité égyptiennes. Depuis la chute de Mohamed Morsi, au moins 20 personnes y ont été tuées. Face à l’escalade de la violence, les autorités israéliennes ont annoncé, dans la journée, avoir renforcé les défenses anti-roquettes le long de la frontière avec l’Egypte, pour contrer d’éventuels tirs provenant d’islamistes en lutte contre les forces de sécurité égyptiennes dans la péninsule du Sinaï. « Nous apprenons jour après jour que des combats ont lieu, et nous craignons que les canons ne soient pointés dans notre direction », a déclaré le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon. « De ce fait, nous avons renforcé notre déploiement le long de la frontière ».