Egypte : 16 morts lors du quatrième anniversaire de la révolte

Alors que des rassemblements étaient organisés ce dimanche pour commémorer le quatrième anniversaire du déclenchement du soulèvement qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak, en 2011, seize personnes ont été tuées en Egypte.

Un anniversaire endeuillé, c’est ce qui s’est passé en Egypte où seize personnes ont été tuées, alors que des rassemblements étaient organisés, ce dimanche 25 janvier 2015, pour commémorer le quatrième anniversaire du déclenchement du soulèvement qui, en 2011, a chassé du pouvoir Hosni Moubarak.

Pourtant, des mesures de sécurité draconiennes ont été prises au Caire et dans d’autres villes. Ce qui n’a pas dissuadé les manifestants, notamment les partisans des Frères musulmans et de l’ancien président Mohamed Morsi, de descendre dans les rues, souligne Reuters. Des partisans du Président déchu Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, se sont rassemblés près de la place Tahrir.

Les manifestants ont brandi des photos de Morsi, poussant les forces de sécurité à rapidement intervenir pour les ont interpeller. Les forces de sécurité ont par ailleurs tiré des gaz lacrymogènes pour disperser une petite manifestation place Ramsès au Caire.

A Alexandrie, la deuxième ville du pays où la police a interpellé 70 partisans des Frères musulmans, un homme de 52 ans, qui était armé, selon le ministère de l’Intérieur, a été tué par un tir de grenaille. A Matariya, un faubourg du Caire où des centaines de personnes se sont rassemblées en scandant « À bas le régime militaire » et en réclamant « une nouvelle révolution », deux autres manifestants ont été tués.

Selon l’agence de presse officielle égyptienne, trois policiers ont été blessés dans ces heurts à Matariya. Par ailleurs, une explosion a visé des policiers en faction devant un club de sport du quartier d’Héliopolis, au Caire. Toujours selon Reuters qui cite la télévision nationale, dans la région de Baheira, dans le delta du Nil, à 170 km du Caire, deux activistes ont été tués par l’explosion prématurée de bombes qu’ils étaient en train de poser.