Ebola : la France va renforcer sa coopération avec la RDC

L’épidémie de maladie à virus Ebola qui sévit actuellement dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) est la plus grave jamais enregistrée dans le monde, après celle de 2014 en Afrique de l’Ouest. En dépit des efforts des autorités congolaises et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la réponse à l’épidémie est aujourd’hui entravée par plusieurs facteurs dont la situation sécuritaire difficile.

Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 2.512, dont 2.418 confirmés et 94 probables. Au total, il y a eu 1.676 décès (1.582 confirmés et 94 probables) et 703 personnes guéries. Lundi 15 juillet 2019, 37 contacts à haut risque et 40 contacts de contacts du cas confirmé de Goma ont été vaccinés au centre de santé Afia Himbi où le patient avait été isolé avant son transfert au CTE. Au total, 97 contacts au sens large ont déjà été listés à ce jour. La vaccination se poursuivra jusqu’à ce que tous les contacts identifiés aient été vaccinés. Parmi les contacts identifiés, figurent deux femmes de la famille du pasteur décédé qui voyageaient avec lui. Après le transfert du pasteur au CTE, elles s’étaient cachées à Goma et certaines personnes pensaient qu’elles s’étaient enfuies vers Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Heureusement, les deux femmes ont été retrouvées à Goma ce mardi et seront vaccinées.

Distribution des cas de Maladie à Virus Ebola (MVE) par zone de santé dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu au 15 juillet 2019

Face à cette situation très préoccupante, la France est déterminée à apporter une contribution renforcée aux efforts internationaux. À l’occasion de sa visite en RDC le 20 mai dernier, M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères avait annoncé la relance d’un partenariat bilatéral de long terme, dans lequel le secteur de la santé, et notamment la lutte contre l’épidémie Ebola, serait une priorité. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Europe et des affaires étrangères a nommé le professeur Yves Lévy comme envoyé spécial, chargé d’orienter et de suivre la réponse française dans toutes ses dimensions, en particulier le renforcement de l’appui aux ONG déployées sur le terrain, les actions de développement et de soutien scientifique et de recherche, en liaison avec l’ensemble des ministères et organismes français concernés, ainsi que la poursuite du soutien au secteur de la santé en RDC.

Spécialiste reconnu en immunologie et ancien président-directeur général de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), le professeur Yves Lévy exercera cette mission à titre bénévole.

Courbe épidémiologique depuis janvier 2019