Ebola : l’OMS annonce une baisse drastique de l’épidémie

Un rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) publié ce 5 août 2015 révèle une chute drastique d’Ebola dans les pays touchés en Afrique. L’OMS se félicite des efforts déjà effectués, mais appelle à ne pas baisser les bras dans la lutte contre l’épidémie

L’épidémie Ebola est en chute libre. Le nombre de cas diagnostiqués en Sierra Leone et en Guinée a atteint la semaine dernière leur plus faible taux, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans un rapport intitulé « Ebola Situation Report ». Dans les deux pays cités par le rapport de l’OMS, seuls deux cas ont été confirmés : un dans chaque pays.

Au Liberia, le troisième pays le plus touché par l’épidémie, aucun nouveau cas n’a été signé. Pour l’OMS, le progrès dans l’éradication du fléau est réel. « Le progrès est réel. On peut y arriver », martèle Bruce Aylward, assistant au directeur général de l’Organisation. Ce dernier ajoute qu’il y aurait entretemps une probable recrudescence de l’épidémie. Rappelons qu’Ebola a fait plus de 11 000 morts depuis le déclenchement de l’épidémie en Guinée en fin 2013. Pour le moment, une vaste campagne est en cours dans laquelle 2 000 cas potentiels sont surveillés de près par des autorités locales lors des vingt-un derniers jours.

Mais l’OMS ne compte pas s’arrêter là et met en place une surveillance continue à travers des équipes de secours bien formés afin d’éviter que le virus ne réapparaisse. Selon Bruce Aylward, l’OMS envisagerait de créer un vaccin expérimental dont les résultats pourront être connus en quelques minutes. Mais pour l’instant, les spécialistes doutent de l’efficacité d’un tel vaccin et exigent un travail de diagnostique à long terme mené par les laboratoires.

Des sources ont révélé qu’un vaccin, connu sous le nom d’OraQuick et fabriqué par OraSure Technologies en collaboration avec un laboratoire américain a reçu ce vendredi une autorisation provenant de Food And Drug Administration du Ministère Américain de la Santé. En Mars, un autre vaccin avait également été autorisé. Pour pallier au retour d’Ebola, toutes les pistes doivent être exploitées. Dans une interview ce jeudi, la directrice général de l’OMS, Dr. Margaret Chan, a précisé que des efforts sont en train d’être effectués pour « améliorer la capacité de l’OMS et sa possibilité à répondre d’une façon rapide et efficace en cas de déclenchement de l’épidémie ou en cas d’urgence ».

Certains pointent du doigt les systèmes sanitaires démunis dans les pays touchés. C’est le cas de Tim Evans, autorité de la Banque Mondiale, qui a souligné ce point lors d’une interview. « Nous devons nous pencher sur la question de savoir comment investir dans la formation des équipes de santé des pays touchés de sorte à nous assurer qu’elles soient capables de se défendre elles-mêmes ».