Ebola : fausse alerte sur un cas suspect en Espagne

Les résultats des tests réalisés en Espagne sur une personne suspectée d’avoir contracté le virus Ebola se sont avérés négatifs.

Les résultats des tests réalisés en Espagne sur une personne suspectée d’avoir contracté le virus Ebola se sont avérés négatifs, ont affirmé dimanche les autorités du pays. Le patient, qui serait de nationalité nigériane, avait été placé en isolement à l’hôpital spécialisé de Saint-Jean à Alicante, dans l’ouest du pays.

Dans un communiqué paru ce dimanche, les autorités de la Santé de la région de Valence ont indiqué que les « échantillons analysés par l’Institut de microbiologie ont abouti à des tests négatifs pour la présence du virus Ebola ». Le malade avait été placé en unité d’isolement par mesure de précaution. Son état de santé est « stationnaire », précise le texte.

D’autres cas suspects ont été détectés en Espagne depuis le début de l’épidémie d’Ebola, mais aucun d’entre eux n’a été confirmé. A ce jour, seul un ressortissant espagnol, le prêtre Miguel Pajares, touché par la fièvre Ebola lors d’une mission au Liberia, est décédé. Il est le premier mort européen de cette épidémie. Le missionnaire, âgé de 75 ans, avait été rapatrié du Liberia à Madrid quelques jours auparavant et traité en vain avec un sérum américain expérimental qui avait pourtant donné lieu à des résultats positifs sur deux Américains. Le corps du religieux a été incinéré sans autopsie.

Selon le dernier bilan établi le 13 août par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le virus a fait 1 145 morts en cinq mois en Afrique de l’Ouest.