Durex : Mea culpa en Afrique du Sud

La branche sud-africaine de la multinationale Durex a dû présenter des excuses à la suite d’une blague de mauvais goût postée sur Twitter.

Durex fait le buzz ! La marque de préservatif, qui a confié la gestion de son compte Twitter au réseau Euro RSCG, a posté une blague qui n’a pas du tout eu l’effet escompté. Durex a pourtant l’habitude de poster des histoires drôles sur son Twitter, ça fait « jeune ». Mais il y en a bien une qui lui a valu une volée de critiques, et notamment de la part des militants féministes. Voici ce que Durex South Africa a publié le 24 novembre, à l’occasion d’une campagne de communication destinée à dénoncer les violences exercées à l’égard des femmes et des enfants en Afrique du Sud : « Why did God give men penises ? So they’d have at least one way to shut a woman up. . #DurexJoke » – ndlr : « Pourquoi Dieu a-t-il donné un pénis aux hommes? Pour qu’ils aient au moins un moyen de faire taire les femmes. #DurexJoke ».

Une occasion perdue de se taire. La marque s’est engagée sur un terrain sensible dans un pays où le viol est malheureusement une « pratique culturelle ». Les médias sociaux diffèrent selon les endroits et le public. Facebook rassemble des internautes dans un cadre jovial afin de partager virtuellement la vie de ses amis ou celle de sa famille. En revanche, Twitter, davantage positionné dans l’égocentrisme, permet de diffuser des informations. Encore faut-il pouvoir les contrôler ! Le cas échéant, cela peut causer beaucoup de tort à l’instar, entre autre, de Ronaldo ou Ashton Kutcher. Ce qui peut faire pleurer de rire dans un pays peut indigner dans un autre. Pour l’heure, c’est Durex qui s’y colle : il paraît que seul DSK a ri à la blague, ironisent certains internautes.

Des féministes sud-africains ont vu en ce « tweet » une incitation au viol et aux violences à l’égard des femmes car en Afrique du sud, selon Global Times, un homme sur quatre avoue avoir déjà violé une personne. La firme a dû réagir rapidement pour calmer les tensions : « Nous présentons nos excuses pour ce désagrément ; il n’était pas intentionnel. Nous croyons profondément aux principes régissant les droits humains, particulièrement ceux des femmes et nous sommes pour le respect de l’intégrité sexuelle de la femme ; merci de nous avoir remis sur le droit chemin. En tant que marque adoptée par des millions de consommateurs, Durex voudrait par la même occasion s’excuser pour les messages regrettables postés durant cette campagne humoristique sur son compte. Nos excuses et remerciements iront spécialement aux féministes sud-africains qui nous ont rappelé que la violence et le viol à l’égard de la femme demeurent d’importants sujets de préoccupation en Afrique du Sud », a ainsi écrit le 25 novembre Durex sur son compte Twitter.