Double explosion à Beyrouth : des Libanais du Sénégal exigent que les responsabilités soient situées

Du Sénégal où ils vivent depuis des années, les ressortissants libanais regrettent les explosions qui ont lieu dans la capitale, Beyrouth, et veulent que les responsabilités soient situées.

Les deux explosions qui ont eu lieu au niveau du Port de la capitale libanaise ont emporté presque la moitié de la ville. Des explosions tellement violentes que des pays comme la France ont décidé d’apporter leur soutien en termes de secours. Dans son dernier rapport, la Croix Rouge faisait état de plus de cent morts et de quelque quatre mille personnes blessées. Le Conseil supérieur de la défense déclarait que les déflagrations étaient dues à l’explosion de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port.

Le nitrate d’ammonium, substance qui entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs, est un sel blanc et inodore utilisé comme base de nombreux engrais azotés sous forme de granulés. Lequel nitrate a causé plusieurs accidents industriels dont l’explosion de l’usine AZF, à Toulouse, en 2001.

Au Sénégal, les Libanais, très touchés par cette double explosion, sont montés au créneau. « Comme si les ravages suite au Coronavirus ne suffisaient pas, voilà que ces explosions viennent détruire tous nos espoirs. C’est du sabotage pur et dur. Ce dont nous sommes sûrs, c’est que les auteurs de ces actes odieux vont payer un jour », a dit ce Libanais vivant au Sénégal, rencontré à Dakar.

« Je suis d’avis qu’il faut que les responsabilités soient situées et que les fauteurs de troubles soient sévèrement punis. De Dakar où nous sommes, nous suivons de très près la situation et compatissons avec nos compatriotes. Le Liban et sa capitale méritent bien mieux que ce qui nous arrive actuellement », a lancé cet autre Libanais.