Djihadisme : la gendarmerie française à la traque de deux mineures radicalisées

Un appel à témoins a été lancé par la gendarmerie française pour retrouver Louisa, 16 ans, et Israé, 15 ans, deux lycéennes radicalisées « susceptibles de quitter le territoire national par tous les moyens, et d’utiliser de fausses identités ».

La gendarmerie française a lancé, samedi 6 mars 2016, un appel à témoins pour retrouver Louisa, 16 ans, et Israé, 15 ans, deux lycéennes radicalisées. Elles sont domiciliées en Haute-Savoie, et susceptibles de quitter le territoire national par tous moyens, a indiqué la gendarmerie nationale. Tous les services d’enquête, dont la police aux frontières, ont été informés de cette fugue, avec diffusion des portraits des deux lycéennes.

Depuis vendredi, deux lycéennes « radicalisées » de 15 et 16 ans, domiciliées en Haute-Savoie et en fugue, sont activement recherchées par la gendarmerie française, qui a lancé samedi un appel à témoins, a indiqué le parquet d’Annecy. Les deux jeunes filles n’ont plus donné de nouvelles depuis vendredi 13 heures, selon la gendarmerie nationale. Sur son compte Twitter, la gendarmerie nationale précise que les deux mineures sont « susceptibles de quitter le territoire national par tous les moyens, et d’utiliser de fausses identités ».

Le parquet d’Annecy a pour sa part précisé qu’elles auraient été aperçues pour la dernière fois le vendredi 4 mars vers 13 heures, alors qu’elles quittaient le lycée professionnel des Carillons de Seynod, où elles sont scolarisées, précisant que « nous les soupçonnons, d’après leurs déclarations, d’être parties ou de vouloir partir en Syrie. Elles avaient pour projet de prendre un train pour Paris depuis Chambéry ».