Djibouti : un hôpital financé par la Chine

Il a été inauguré ce jeudi. L’hôpital régional d’Arta, dans le Sud-Est de la République de Djibouti, se veut être un complexe ultramoderne. Petite particularité, il a été construit grâce au soutien financier de la Chine.

Ce sont 128 lits, 7 grands services, notamment une maternité, un service de chirurgie ou de cardiologie, que comporte l’hôpital inauguré ce jeudi. Petite particularité, il a été en partie financé par la Chine, rapporte l’agence Xinhua. Des médecins chinois devraient d’ailleurs venir y travailler.

Lors de l’inauguration, Ismaïl Omar Guelleh, le Président djiboutien a bien sûr fait part de son « immense gratitude » à la Chine pour l’aide apportée ainsi que sa « présence (aux côtés de Djibouti) dans les moments difficiles ». De son côté, l’ambassadeur de Chine à Djibouti, Zhang Guoqing, a affirmé que les « relations de coopération amicale » entre les deux pays s’étaient « bien développées ». Avant d’ajouter que les liens entre les deux Etats se caractérisaient notamment par une « confiance politique mutuelle » et un « partenariat économique et commercial gagnant-gagnant. »

Un partenariat qui s’étend à des domaines extrêmement variés. Toujours selon Xinhua, un accord a par exemple été signé entre les deux pays, en août dernier, dans le domaine des médias. La Chine avait proposé à Djibouti de lui faire profiter de son expertise technique. Enfin, de manière générale, Pékin est également présent dans le BTP, l’ingénierie, l’industrie textile, le cuir, l’automobile ou encore l’hôtellerie de Djibouti, écrit Jean-Sylvestre Mongrenier, associé à l’Institut Thomas More, sur le site du monde.fr. Selon ce chercheur, en effet, Djibouti constitue pour la Chine un point d’entrée sur l’Afrique de l’Est. Celle-ci est d’ailleurs le première partenaire commercial du continent depuis 2009.

Dans l’immédiat, d’autres projets de coopération devraient voir le jour entre la Chine et Djibouti, c’est ce qu’a annoncé, ce jeudi, l’ambassadeur chinois Zhang Guoqing. Une école devrait ainsi être construite à Balbala, quartier défavorisé de la capitale, grâce à l’aide de la Chine, ainsi que plusieurs forages en milieu rural. Des éclairages solaires pourraient également être installés.