Djibouti sort la tête de l’eau

Djibouti-ville se remet des pluies diluviennes qui se sont abattues vendredi soir. Les habitants ont eu le week-end pour réparer les dégâts mais certains quartiers sont encore privés d’eau et d’électricité.

 » La situation est calme. Il n’a pas plu depuis samedi mais on s’attend au retour des pluies.  » Djibouti-ville se remet peu à peu des violentes trombes d’eau qui se sont abattues sur ses habitations et sa population dans la nuit de vendredi à samedi.  » On espère que ça va aller. Personnellement, je n’ai eu que des dégâts matériels à déplorer « , explique une habitante du centre-ville.  » J’ai dû boucher plusieurs fuites de toiture, mais c’est tout.  » D’autres n’ont pas eu cette chance.

Selon le premier bilan établi par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, qui a réuni dès samedi le Comité du plan Orsec, les pluies diluviennes, accompagnées de vents violents, ont touché les environs de Djibouti ainsi que le district d’Obock, au nord du pays, faisant deux morts – une jeune fille de 20 ans foudroyée à Obock et un militaire électrocuté dans sa maison – et plus de 19 blessés. On dénombre également plusieurs centaines de sans-abris dans les quartiers populaires de la capitale.

Coupures d’eau et délestages

Les vents ont emporté les toits de nombreuses maisons et abattu les poteaux électriques et de téléphones. Aucun bilan officiel n’a pour le moment été établi sur les dégâts provoqués par cette mini-tempête. Grâce au plan Orsec mis en oeuvre, le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a promis un retour à la normale de la situation sous 48 heures.

Mais, suite à la destruction du réseau électrique alimentant les installations de l’Office national des eaux de Djibouti (Oned), plusieurs quartiers connaissent encore des coupures d’eau et des délestages d’électricité. C’est la banlieue populaire de Balbala qui a été la plus touchée et qui connaît encore la situation la plus critique. Les équipes de dépannage de l’Oned et de Djibouti-Télécom sont à pied d’oeuvre et les agents de la protection civile poursuivent les opérations d’évacuation des eaux stagnantes, notamment à Arhiba et au quartier 7 bis.

Les services météorologiques du pays, quant à eux, ont mis en garde contre d’éventuels risques d’orage pour les jours à venir.