Divines divas

Le label Putumayo met les femmes africaines à l’honneur. Avec la compilation Women of Africa, l’un des plus grands spécialistes du genre signe une oeuvre harmonieuse rassemblant de grandes divas de tout le continent. De belles voix, du bon son : bref un bon disque, à écouter et à faire découvrir.

Ode à la femme et à la musique, la dernière compilation Afrique de Putumayo, Women of Africa, présente un savoureux panorama des talents féminins du continent. Une belle sélection, très homogène, pour un disque grand public qui vient enrichir le solide catalogue du label américain. Un CD richement illustré, comportant un livret complet sur les artistes de la sélection.

Musicalement parlant, Women of Africa s’impose comme une vraie réussite. Personne ne pourra rester insensible à des morceaux comme celui de Souad Massi, « Raoui ». Un titre acoustique épuré, où la voix de l’artiste algérienne est juste accompagnée d’une guitare sèche. Tout simplement beau. Que dire également du chaleureux et entraînant « Mi da nada um ca tem » de la Capverdienne Maria de Barros, dont personne ne s’étonnera d’apprendre qu’elle est la protégée de la grande Cesaria Evora.

Découvertes

Si le nom de la Sud-africaine Judith Sephuma ne vous est pas inconnu, c’est sans doute parce qu’elle a décroché le Kora (le plus célèbre prix musical africain) 2002 de la meilleure artiste du continent. Mais la compilation vous permettra de découvrir bien d’autres voix, pour beaucoup inconnues du grand public (francophone). Comme la Sud-africaine Dorothy Masuka, présente ici avec un titre jazz brillamment orchestré et interprété.

On pourra toutefois regretter que la sélection n’offre pas une meilleure représentativité de tout le continent. Avec quatre titres d’Afrique australe, dont trois d’Afrique du Sud, on se demande si le directeur artistique de la compilation n’a pas joué la carte de la facilité. Où avait-il la tête pour oublier, Oh scandale! , les divas maliennes, pour ne citer qu’elles. Un camouflet de taille que certains ne pardonneront sans doute pas à Women of Africa, qui reste malgré tout une bonne production. Loin de faire tâche dans votre discothèque, elle pourrait même susciter la convoitise chez vos amis qui pourraient chercher à vous l’emprunter.

Women of Africa, Putumayo, 2004

Commander le disque