Direct – Côte d’Ivoire : la bataille d’Abidjan

Les forces pro-Ouattara ont pénétré jeudi dans Abidjan pour déloger le président sortant Laurent Gbagbo. Le président sortant a perdu le soutien de l’essentiel de l’armée, de la police et de la gendarmerie, mais des affrontements continuent dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire.

Les horaires sont indiquées en heure GMT (+ 2 heures pour la France).

19h: Après une réunion avec avec le Premier ministre, François Fillon, le ministres des Affaires étrangères, Alain Juppé, et celui de la Défense, Gérard Longuet, Nicolas Sarkozy le président français a parlé par téléphone à Alassane Ouattara.

17h30: Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo
« est à sa résidence (d’Abidjan) avec toute la famille réunie », affirme
à l’AFP le porte-parole de son gouvernement, Ahoua Don Mello,
démentant ainsi les rumeurs évoquant son départ.

17h10: La France, dans un communiqué publié dans un communiqué de l’Elysée, appelle Laurent Gbagbo à « se retirer immédiatement, à faire cesser les violences et à céder le pouvoir pacifiquement au président (élu Alassane) Ouattara » et « toutes les forces en présence à respecter la sécurité » des civils, ivoiriens ou étrangers. Elle prévient également que « les responsables d’exactions n’échapperont pas à leur responsabilité pénale » .

16h35 : Le gouvernement Ouattara a réaménagé les horaires du couvre-feu, instauré jeudi sur le territoire du district d’Abidjan. Il commence aujourd’hui à 17 heures jusqu’à 6 heures demain matin et reprendra samedi, de 12 heures à 6 heures du matin.

16h30 : La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) appelle vendredi le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo à céder le pouvoir « pour mettre un terme aux souffrances de son pays ».

16h20 : Charles Blé Goudé, le leader des Jeunes Patriotes et ministre de la jeunesse du gouvernement Gbagbo aurait été aperçu à la frontière entre le Mali et la Côte d’Ivoire par le correspondant de la BBC Andrew Harding. Charles Blé Goudé aurait déclaré : « les rebelles (forces pro-Ouattara, NDLR) essaient de prendre le contrôle d’Abidjan mais n’y parviennent pas ».

16h10 : Une réunion sur la Côte d’Ivoire a débuté à l’Élysée à 18H00 (heure française). Le Premier ministre François Fillon celui des Affaires étrangères, Alain Juppé, et de la Défense, Gérard Longuet, sont présents au palais présidentiel français autour de Nicolas Sarkozy.

16h05 : Gbagbo se battra «jusqu’à la fin» a affirmé Alain Toussaint, son représentant en Europe, selon Abidjan.net. Il a également annoncé que Laurent Gbagbo devrait faire, « dans les heures à venir, des propositions à l’opposition armée » .

16h00 : Un professeur français a été tué par balle à Yamoussoukro, révèle le Figaro. On ne sait pas pour autant si sa mort est liée aux combats dans le pays ou s’il s’agit d’un crime crapuleux.

15h20 : Cissé Sindou, chef adjoint des forces pro-Ouattara, a exhorté les forces républicaines à ne pas commettre d’actes de représailles ou de pillage, selon la BBC. Il a déclaré à la chaîne britannique que ses forces concentraient désormais leurs actions sur trois endroits, la résidence de Laurent Gbagbo, le palais présidentiel du Plateau et le camp militaire d’Agban. Selon Jeune Afrique, les troupes qui défendrait le palais présidentiel seraient composées d’Angolais et de mercenaires en plus de la garde républicaine.

15h15 : Le gouvernement d’Alassane Ouattara décide la « réouverture immédiate » des frontières aériennes, mais maintient les frontières terrestres et maritimes fermées.

14h50 : L’Afrique du Sud a décidé d’appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, votée jeudi, appelant à un gel des avoirs de Laurent Gbagbo et de ses proches. Cette décision a été annoncée aujourd’hui par le ministre sud-africain des Finances, Pravin Gordhan.

14h15 : La France déconseille « formellement » les voyages
en Côte d’Ivoire à ses compatriotes. C’est ce qui est indiqué dans la rubrique Conseil aux voyageurs du site internet du ministère des Affaires étrangères. « La Côte d’Ivoire, en particulier Abidjan, est le théâtre d’affrontements
armés qui se sont récemment intensifiés. Il est formellement déconseillé de s’y rendre », est-il précisé dans la rubrique dernière minute du site.
La page internet www.diplomatie.gouv.fr n’évoque pas la fermeture de toutes les frontières du pays, décidée jeudi soir par Alassane Ouattara.

13h30 : Interrogé sur la volonté de la France quant au départ de Laurent Gbagbo, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français Bernard Valero a estimé que « Le plus tôt sera le mieux », lors d’un point presse. Il a également précisé que la France ne sait pas où se trouve actuellement Laurent Gbagbo.

13h15 : La résidence du chef d’état-major des Forces de défense et de sécurité (FDS), le général Philippe Mangou a été pillée vendredi par des jeunes patriotes, partisans du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, révèle Afrique Avenir. Les jeunes patriotes accusent le général Philippe Mangou de haute trahison, après qu’il a trouvé refuge mercredi soir à la résidence de l’ambassadeur d’Afrique du Sud de Côte d’Ivoire.

12h30 : L’ancien responsable pour l’Afrique du Parti socialiste français, Guy Labertit, déclare avoir été en contact avec Laurent Gbagbo. Il précise que le président ivoirien sortant « ne démissionnera pas ». Guy Labertit a confirmé que Laurent Gbagbo se trouvait actuellement à sa résidence ou au palais présidentiel et qu’il n’a pas quitter le territoire ivoirien. Interrogé au sujet d’une éventuelle démission de Laurent Gbagbo, le responsable socialiste, ami proche du président sortant, a déclaré qu’il « ne sortira pas vivant » du palais présidentiel. Les troupes d’Alassane Ouattara encerclent actuellement le palais présidentiel et la résidence de Laurent Gbagbo, qui sont défendus par la garde républicaine et les forces spéciales.

11h00 : L’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Jean-Marc Simon, estime que le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo se trouve « probablement au palais présidentiel » d’Abidjan, contredisant ainsi les rumeurs qui circulent sur une éventuelle fuite de Laurent Gbagbo vers une ambassade étrangère.

10h50 : L’ONU craint de « graves violations des droits de l’Homme » de la part des Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI) fidèles à Alassane Ouattara. Des exactions auraient été commises à l’ouest du pays. « Nous disposons d`informations non confirmées faisant état de graves violations des droits de l’Homme commises par les Forces républicaines de Côte d’Ivoire », a déclaré le porte-parole du
Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, Rupert Colville.
Il a évoqué « des pillages, des extorsions de fonds, des enlèvements, des arrestations arbitraires et des mauvais traitements de civils » dans les régions de Guiglo et Daloa à l’ouest.

10h00 : L’Union africaine demande à Laurent Gbagbo de « céder immédiatement le pouvoir » à son rival Alassane Ouattara, dont les forces républicaines tentent de déloger le président sortant à Abidjan.

9h45 : Un panache de fumée s’élève du palais présidentiel occupé par les pro-Gbagbo, dans le quartier du Plateau à Abidjan. Des combats opposent toujours les forces du président élu et reconnu par la communauté internationale Alassane Ouattara et les fidèles de son rival Laurent Gbagbo.
La fumée est apparu juste après une forte détonation selon des témoignages.

9h30 : Une employée suédoise des Nations Unies a été tuée jeudi soir dans les affrontements à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, annonce Europe 1. La victime était âgée d’une trentaine d’année et se trouvait à son domicile quand elle a été touchée par balle. « Probablement une balle perdue », a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères suédois.

9h00 : En Côte d’Ivoire, 150 ressortissants français et 350 ressortissants d’autres nationalités ont été accueillis dans le camp des forces françaises de Port Bouet, révèle RFI. Ces personnes fuyaient les combats à l’arme lourde déclenchés par l’offensive des pro-Ouattara sur Abidjan. Les affrontements continue vendredi matin. Les partisans de Ouattara tentent désormais de s’emparer du palais présidentiel et de la résidence de Laurent Gbagbo. Dernier bastion du camp rival.

4h30 : Une grande offensive a été menée dans la nuit de mercredi à jeudi à Abidjan rapporte RFI. C’est d’abord la RTI qui a été l’objet d’une lutte à l’arme lourde avant de tomber aux mains des forces d’Alassane Ouattara et de cesser d’émettre un peu avant minuit. Ce sera ensuite la cité Mermoz, fief des « Jeunes patriotes » et la résidence de Laurent Gbagbo qui ont été attaqués avec des moyens importants rapportent des témoins. Les forces Pro-Ouattara semble bien décidées à ce que le problème Gbagbo soit réglé, au moins militairement, dés aujourd’hui.