Diogal, un voyage à la croisée des mondes

Le chanteur sénégalais Diogal a sorti son troisième album, Li lan la, une autoproduction (en collaboration avec Wasia). Sur un rythme entraînant et irradiant la chaleur, sa musique est un hymne à la bonne humeur. Pourtant, il n’oublie pas d’aborder des thèmes douloureux. Chronique d’un disque entre ombre et lumière.

De ses deux premiers albums, Samba alla en 2002 et Liir en 2004, Diogal a gardé le goût de la fusion de la tradition et de la modernité. La tradition dans les instrumentaux, les rythmiques, l’ambiance même. La modernité pour le contenu des paroles, des batailles menées contre l’indifférence et l’injustice universelles. La modernité aussi par la présence d’instruments comme la guitare ou par les arrangements réalisés par le chanteur lui-même. Tranquillement, en 10 ans, Diogal s’est imposé en France comme une évidence. Sénégalais de naissance, la musique est chez lui une affaire de famille puisque ce sont ses oncles qui lui en ont donné le goût. Lorsque l’un deux disparaît, l’artiste décide de faire un album pour saluer sa mémoire et réalise ses premiers enregistrements en 1996. Une vocation est née, qui sera vite saluée par la critique et les professionnels. Il reçoit le prix Coup de Cœur Chorus, Sélection Répertoire, il est finaliste en 2002 du Prix RFI Découvertes… La machine est lancée et ne semble pas prête à ralentir au vu de ce nouvel opus qui répond à toutes les attentes.

Une force tranquille

C’est un harmonieux mélange d’amour et de combat pour la liberté. Au son des percussions traditionnelles (calebasses, tama, samar…), Diogal mêle des accords folks sur fond de rythmes frôlant la pop tranquille. Une curieuse rencontre de la douceur et du sérieux, du calme et de la force. Avec, comme fil rouge, une guitare acoustique qui sublime une voix cassée parfois, juste et claire cependant. En wolof, l’artiste dit l’exploration sans cesse renouvelée d’un monde riche de ses peuples, de sa nature, de ses charmes. On croirait entendre l’Afrique, un couplage indéfinissable de douleurs et de beautés.

Humaniste engagé

C’est là tout le paradoxe du travail de Diogal. Il parvient à émouvoir en murmurant, à dénoncer en évoquant. Il y a une clarté qui émane de la voix comme du texte, des reflets mélancoliques mais jamais tristes. Diogal plonge l’auditeur dans une atmosphère douce et tiède, propice à la réflexion…et c’est là que le verbe intervient. Les comportements humains, les grands débats contemporains tels le réchauffement de la planète, l’amour, les éléments naturels, chaque thème, chaque idée est prétexte à une chanson qui va chercher au cœur des préoccupations de tout un chacun. Toujours avec une intention d’enchanter par la musique, de célébrer par le chant. Un appel à l’action, à la réaction face aux réalités du monde qui nous entoure. Il y a une clarté qui émane de la voix comme du texte, des reflets mélancoliques mais jamais tristes. Une jolie leçon d’humilité en somme.

La présentation de l’album

Voir aussi :

 Son site officiel

 Son Myspace

 Commander l’album