Différend frontalier : que se passe-t-il entre la RDC et la Zambie au sujet du Haut-Katanga et du Tanganyika ?

La Zambie essaie-t-elle d’annexer une partie du territoire congolais ? Les autorités, au plus haut niveau à Kinshasa, soupçonnent des velléités annexionnistes chez leurs voisins. La question est prise au sérieux au point d’être abordée en Conseil des ministres.

C’est lors du Conseil des ministres, de ce vendredi 8 mai 2020, présidé par Félix Tshisekedi que Gilbert Kankonde, Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières, a fait observer que « les tensions persistent à la frontière entre la Zambie et la RDC, vers Pweto où les Zambiens manifestent des velléités d’annexion d’une partie de notre territoire ». D’ailleurs, des incursions répétées des forces zambiennes sont signalées dans le Haut-Katanga et Tanganyika, deux provinces congolaises frontalières de la Zambie depuis le début de l’année, après que des affrontements ont opposé les forces navales des deux pays à cause des pêcheurs faisant usage des filets prohibés.

Plusieurs députés nationaux élus dans la province du Tanganyika confirment cette présence militaire zambienne en RDC. Pas plus tard que le mercredi dernier, le député Jean Manda, dans une interview accordée à Radio Okapi, a confirmé la présence des militaires zambiens dans la localité de Moliro. « Les forces zambiennes occupent certains villages du Congo à Moliro et même des villages que la Zambie n’occupait même pas auparavant, comme Kapingu. Maintenant, elle est revenue en force ; elle a positionné même des engins de guerre là-bas. Est-ce que la partie congolaise qu’occupe actuellement la Zambie a été cédée à la Zambie ? Avec quelles négociations ? Qui sont ceux qui ont participé à ces négociations ? », s’est emporté l’élu national.

Même si les propos du député ont été en partie réfutés par Dieudonné Kamona, ministre provincial de l’Intérieur, qui a estimé que Jean Manda a versé dans l’exagération, lui-même a été contredit par un autre élu national, le député Chrisitan Mwando qui, au cours d’une intervention, ce vendredi, sur Radio Okapi, a pris fait et cause pour son collègue Jean Mwanda. « Nous sommes appelés par le cri de détresse de la population dans le territoire de Moba, particulièrement dans le groupement de Moliro, où l’armée zambienne occupe jusqu’à 30 Km au-delà de la province. Ce qui fait qu’il y a des milliers des paysans qui ont fui. Et vous savez qu’en cette période de récolte, cette fuite de la population, si la question n’est pas réglée d’ici à juillet, les gens vont perdre leurs récoltes », a-t-il déclaré.

Le député Chrisitan Mwando a par ailleurs invité le gouvernement congolais à tout mettre en œuvre pour un retrait total des forces zambiennes et le retour sur place des populations afin d’éviter une « catastrophe humanitaire » dans la région. Le maintien des troupes zambiennes sur le territoire congolais semble en contradiction avec la voie de la résolution pacifique des différends choisie par les deux pays depuis les affrontements qui avaient opposé les deux armées, en mars dernier, dans le village de Kibanga dans le territoire de Moba.

Au moment où tous les pays se battent pour contenir l’avancée du Covid-19 sur leur territoire, un conflit frontalier entre les deux pays ne fera que compliquer davantage l’existence aux populations comme c’est d’ailleurs déjà le cas des habitants de Moliro, qui ont dû déserter leur demeure pour se mettre à l’abri.