Dieudonné condamné pour « diffamation publique à caractère racial »

Une condamnation supplémentaire pour Dieudonné. Mardi, l’humoriste français a été reconnu coupable de « diffamation publique à caractère racial ». Il est astreint à payer 7 000 euros d’amende pour avoir tenu des propos antisémites, lors d’une conférence de presse à Alger, en 2005.

Dieudonné a été condamné, mardi, à 7000 euros d’amende pour avoir tenu des propos antisémites sur la mémoire de la Shoah. Il a été reconnu coupable de « diffamation publique à caractère racial » par la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. C’est entre autres pour l’expression « pornographie mémorielle » qu’il se voit aujourd’hui l’objet d’une condamnation.

«La pornographie mémorielle»

Les faits remontent au 16 février 2005. Dieudonné, alors à Alger (Algérie), tient une conférence de presse sur son spectacle, Mes excuses. L’humoriste évoque alors le « lobby sioniste, qui cultive l’unicité » et attaque les « autorités sionistes [qui], avec l’argent public, confisquent la création culturelle et ont déclaré une guerre au monde noir » devant une assemblée de journalistes. Mais c’est sans doute l’expression « pornographie mémorielle », pour définir l’exploitation du souvenir de la Shoah et son « instrumentalisation », qui a le plus choqué.

Pour les juges du Tribunal correctionnel de Paris, la culpabilité du Français est claire. Ils ont estimé que les propos tenus étaient « attentatoire[s]» à l’honneur de la communauté juive et ont jugé l’humoriste coupable de « complicité du délit de diffamation publique envers un groupe de personnes en raison de leur race, de leur religion ou de leur origine ».

Dieudonné va-t-il faire appel?

Mais Dieudonné, absent à l’audience, tout comme son avocat, pourrait faire appel de sa condamnation. L’humoriste n’en a donc pas fini avec la justice puisqu’il doit comparaître, dans moins d’un mois, devant la 11e chambre de la cour d’appel de Paris, toujours pour des propos jugés antisémites. Le 11 octobre, il affrontera les juges pour avoir comparé les « Juifs » à des « négriers », dans le Journal du dimanche du 8 février 2004. Déjà, le 10 mars 2006, la même chambre correctionnelle l’avait condamné à 5 000 euros d’amende pour incitation à la haine raciale.

Dieudonné n’en est pas à son premier dérapage. Déjà, en décembre 2003, « l’affaire Dieudonné » avait fait couler beaucoup d’encre. L’humoriste s’en était pris à Israël à travers un sketch présenté au cours de l’émission On ne peut pas plaire à tout le monde, diffusée sur France 3. L’émission avait alors suscité la polémique et soulevé bien des questions quant aux limites de la liberté d’expression.

Lire aussi :

 8139

 7068