Dialogue inter-malien : Ibrahim Boubacar Keïta crée la polémique à Alger

Invité de l’émission Internationales sur RFI, le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a évoqué les négociations de paix en cours non sans maladresses.

Ses déclarations font, ce lundi encore, polémiques. Le dirigeant malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), était, depuis Alger, l’invité dimanche de l’émission Internationales sur RFI. Ce dernier a évoqué les négociations de paix en cours, chapeautées par l’Algérie, mais certaines de ses déclarations ont suscité des réactions d’incompréhension des groupes armés.

A l’hôtel Aurassi, où sont logées les différentes délégations, certains reconnaissent que certaines phrases prononcées par le président malien sont maladroites. Celui-ci a notamment affirmé que ce sont les mouvements du Nord qui ont rompu le cessez-le-feu, le 17 mai dernier à Kidal, rapporte RFI.

Le chargé de communication du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), Moussa Ag Acharatoumane, a démenti les propos d’IBK : « Avant même l’arrivée du Premier ministre Moussa Mara à Kidal, l’armée malienne avait déjà ouvert le feu sur les femmes et les jeunes qui manifestaient pacifiquement sur l’aéroport de Kidal. Et après avoir pris le gouvernorat et toute la zone administrative de Kidal, on pouvait prendre la caserne malienne, on pouvait prendre toutes les positions de l’armée malienne. Mais on ne l’a pas fait. Et on a décidé de faire un cessez-le-feu. »

Le second point de désaccord réside dans cette phrase du président malien, qui indique que la proposition des autorités pour la paix serait une décentralisation poussée, voire un nouveau pacte national. Une déclaration qui ne correspond pas aux projets présentés par les ministres maliens à Alger. « Nous négocions ce qui est mis sur la table ici, devant les Nations unies, les médiateurs. Ils doivent assumer ce qui est mis sur la table. Ce qui diverge entre le ministre et le président ne nous regarde pas », juge ainsi Mohabidin Ould Mohamed, le secrétaire général adjoint du MAA.