Des initiatives pour traiter le sida en Afrique

Le laboratoire pharmaceutique américain Pfizer, mais aussi Bill Gates, patron de Microsoft, ont décidé de financer des actions dans plusieurs pays anglophones.

Le laboratoire américain Pfizer vient de proposer de fournir gratuitement à des patients sud-africains un médicament soignant les méningites liées au virus du sida. Le fluconazole est un antifongique développé en 1988, et qui a démontré son efficacité contre les méningites à streptocoques. Cette maladie est dite  » opportuniste « , c’est-à-dire qu’elle atteint les organismes dont les défenses immunitaires sont déjà affaiblies. Elle touche 10 % des malades du sida en Afrique du Sud et entraîne souvent la mort.

Interrogée par afrik.com, le Dr Sylvia Cuquier, chargée de la communication de la filiale Pfizer France, estime que  » cette affection a disparu parmi les sidéens vivant dans les pays riches, où le traitement par trithérapie empêche son apparition.  » En revanche, elle serait en progression dans les pays africains.

La situation des cinq millions de Sud-africains séropositifs (soit 12,4 % de la population) est rendue encore plus douloureuse par la situation économique de nombre d’entre eux. Beaucoup ne peuvent, par exemple, débourser chaque jour les 76 rands (environ 11,7 dollars) que coûte le traitement au fluconazole.

De son côté, le patron de Microsoft, le milliardaire américain Bill Gates, vient d’annoncer que sa fondation effectuerait un don de 57 millions de dollars au profit d’actions de prévention du sida parmi les jeunes en Ouganda, en Tanzanie, au Botswana et au Ghana. Ces pays auraient été choisis pour la qualité de leur engagement contre la propagation de l’épidémie.