Des images pour dire l’horreur en Sierra Leone

Le film documentaire de Philippe Diaz,  »Nouvel Ordre Mondial, quelque part dans le monde », 90 minutes d’images d’une violence inouïe, relate le drame sierra-léonais et souligne la responsabilité des Occidentaux dans son déroulement. Un film a découvrir dès aujourd’hui dans quelques salles parisiennes.

Philipe Diaz, avec le film documentaire,  »Nouvel Ordre Mondial, quelque part dans le monde », retrace le drame humain et politique d’un pays : le Sierra Leone, pris au coeur des multiples intérêts économiques des pays occidentaux. Pendant 90 minutes, le spectateur, transporté de Freetown à New York, en passant par Londres, comprend que les clés du conflit que subit une population affamée, meurtrie, maltraitée et tuée, sont en Occident. C’est du moins le message que veut faire passer le réalisateur. Engagé, Philippe Diaz, avec ce dernier opus, ne recule même pas devant la cruauté des scènes qui sont réelles. Tourné pendant l’été, le film comprend, en effet, des images recueillies par un journaliste officiel du gouvernement sierra-leonais.

Tous les acteurs du conflit sont réunis et s’expriment librement devant la caméra. Les rebelles du RUF ( rébellion sierra-leonnaise), les représentants de l’Organisation des Nations Unies (ONU), de l’ECOMOG, la force d’interposition de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, et enfin les innocentes victimes, les civils, racontent l’indicible. Massacres de leurs proches , de leurs villages, l’horreur semble ne pas avoir de limites d’autant plus qu’elle est souvent l’oeuvre de ceux qui sont censés garantir la sécurité des civils.

Au delà des mots, les images pour sensibiliser

Ailleurs, bureaucrates onusiens ou autres décident de l’avenir du Sierra-Leone. Mesurent-ils le drame des populations? Oui. Mais seulement quand leur opinion, l’opinion publique des pays occidentaux, s’insurge face à l’atrocité des images des civils amputés. Clichés servis sans cesse par un gouvernement qui veut faire état à la face du monde de sa bonne foi.

Nous n’étions pas en Sierra-Leone. Nous ne pourrons donc décemment juger de la véracité des images éloquentes tournées par Philippe Diaz. Cependant la bonne foi de ce dernier et les manifestations partout en Afrique de tentations post-colonialistes des pays occidentaux devraient convaincre les derniers sceptiques. Au total, un documentaire à voir en salle, absolument, car comme le souligne son réalisateur, le film  »Nouvel Ordre Mondial, quelque part dans le monde » ne sera pas de si tôt relayé par la télévision. Soyons juste curieux de comprendre le drame d’un pays dont le seul péché est d’être riche en diamants, à l’heure où la mondialisation semble exclure même la compassion, surtout quand il s’agit de l’Afrique.

Saint-André des Arts, Paris, Métro Saint Michel, ligne 4

Georges Méliès, Montreuil, Métro Croix de Chavaux, ligne 9