Des charters pour les clandestins français

Les méthodes de Nicolas Sarkozy font des adeptes. Le Sénégal a décidé de recourir au principe de réciprocité concernant le rapatriement par charters des ressortissants français en situation irrégulière dans le pays.

 » La charterisation « . Tel sera le sort des Français séjournant en situation irrégulière au Sénégal à l’instar des Sénégalais expulsés de France. La nouvelle a été révélée dans un communiqué adressé à la presse nationale signé par le Premier ministre sénégalais Idrissa Seck et le ministre français de l’Intérieur Nicolas Sarkozy. Les deux hommes ont décidé vendredi dernier d’instaurer le principe de réciprocité pour les procédures d’expulsion des immigrés clandestins.

Réciprocité partielle

La décision fait débat quand on sait que les conditions de la clandestinité sont bien moins radicales au Sénégal qu’en France. En effet, quelles que soient les motivations et la durée du séjour, les ressortissants africains sont dans l’obligation de se procurer, non sans mal, un précieux visa pour pénétrer sur le territoire français. A l’inverse, le visa n’est pas nécessaire aux Français pour un séjour touristique inférieur à 3 mois au Sénégal. Au-delà, les ressortissants doivent demander une autorisation de court séjour au ministère de l’Intérieur.

Pour une période supérieure à un an, le séjour est considéré comme un établissement au Sénégal et doit également faire l’objet d’une demande spécifique. La réciprocité dans les lois sur l’immigration n’est donc que partielle. Le député socialiste sénégalais Pape Babacar Mbaye proposait déjà il y a quelques mois d’imposer systématiquement le visa pour les ressortissants français mais avait essuyé un refus.

Fièvre sécuritaire

L’exportation des méthodes et préoccupations françaises ne s’arrête pas là. Une coopération entre les forces de police des deux pays est à l’ordre du jour. En avril 2003, le Sénégal avait déjà envoyé ses policiers aider la France à expulser les clandestins dans des  » vols groupés  » aux conditions controversées. Nicolas Sarkozy souhaite à présent rendre la pareille, et mettre à la disposition du Sénégal certains de ses hommes. Il scelle ainsi définitivement une nouvelle alliance sécuritaire qui devrait sans nul doute réveiller la polémique.

Lire aussi :

La France maître charter.

Dakar : le Sangate tropical.